Archive for the 'incendie' Category

Incendie de l’Eglise St-Lambert de Liège à la fin du XIIè siècle

15 octobre 2007

Voici, d’après Saumery, l’auteur des Délices du pays de Liège, quelques détails sur ce fameux incendie :

« Sur la fin du douzième siècle, selon le plus ancien de ses historiens, le feu prit à une maison voisine de l’église bâtie par Notger, et en peu de temps gagna l’église.


Deux tours qui en faisaient partie furent aussitôt brûlées et renversées.
Les cloches les plus sonores qui fussent au monde furent brisées.
Le plomb, dont l’église était couverte , loin d’empêcher l’incendie de la charpente, ne servit qu’à l’enflammer. La chute des poutres causa la destruction totale du pavé, qui était de marbre; tous les autels généralement, à l’exception du principal, devinrent la proie des flammes. Les peintures et les tapisseries eurent le même sort. On fut assez heureux pour sauver de ce déluge de feu, la châsse de saint Lambert; mais on perdit, en la transportant, une grande quantité de pierres précieuses dont elle était garnie. Une magnifique couronne, qui était au milieu de là nef, et qu’on aurait souhaité garantir de l’embrasement, fut mise en pièces. En un mot le vaisseau entier de l’église et les cloîtres contigus furent réduits en cendres. L’évêque et le chapitre prirent, quelque temps après, la résolution de faire bâtir une nouvelle église, et de démolir le grand autel, que les flammes avaient épargné. [..]


Le plomb fondu qui tombait du toit empêchait, selon un écrivain postérieur (Fisen), d’approcher de l’église et d’y apporter quelque secours.
L’incendie dura treize jours. La châsse de saint Lambert fut placée au milieu de l’église; mais l’impétuosité du feu ne fut point ralentie.

Je ne puis me dispenser de rapporter ici, sur la foi de cet auteur, un fait très-singulier et qui tient du miracle. Les ossements de saint Lambert étaient conservés dans une châsse de bois revêtue de métal. L’autel sur lequel elle fut exposée au milieu de cette église en feu, était aussi en bois, où était un marbre qui portait ce précieux dépôt. Les flammes semblant le respecter réduisirent en cendres l’autel, le marbre et le métal, sans nuire à la châsse de bois, qui ne fut pas même ternie par la fumée.


La bibliothèque de cette église, qui était remplie d’un grand nombre de livres choisis, et le trésor des Chartres furent aussi consumés par les flammes ; on sauva néanmoins les registres publics; et l’on porta le corps de saint Lambert, avec les reliques de plusieurs autres saints, dans l’église de St.-Barthélemi, où ils restèrent pendant le temps qui fut employé à bâtir une nouvelle église.
 »

Salaumy, in Histoire des bibliothèques publiques de la Belgique, Jean Pie Namur, T.3, 1842

La Cathédrale St-Lambert de Liège
Liège au 12ème siècle
Autres billets sur les Princes-Evêques
le patrimoine religieux à Liège

Publicités

Liège-Herstal-Visé, 31 août 1914, dans le New York Times

1 septembre 2007

quai_des_pecheurs_degats_guerre.jpgLondon, Aug 31 – A Reuter dispatch to Ostend says that a small party which has just returned from a visit to Liege describes the destruction wrought by the war as appalling.
« All along the road to Vise, » said one of the party, « there was nothing to be seen but walls blackened by smoke, the remains of factories burned, and mounds of earth freshly dug – the sepulchre of the first Germans to fall.

« And then comes Vise. What a painful sight for those who knew the proud city, so typical of Walloon gayety, and now nothing but a mass of ruins, while many of the inhabitants lie all over the place, their chests riddled with bullets! I was told here that the natives were put to work building roads for the invaders from Vise to Aix-la-Chapelle.

« On the way to Argenteau we met a procession of able-bodied men marching four abreast and commanded by a non-commissioned officer, all carrying implements for road and trench building. These men have to submit to discipline Draconian in severity.

« Herstal, usually filled with the busy hum of activity in factories, coal mines, and workships, we found plunged into deathly silence.

liege_destruction_place_universite.jpg« At last we entered Liege.The inhabitants stood at the thresholds of their homes, silent and anxious, but afraid to speak. The streets in the middle of the town wore a deplorable aspect. Many houses had been abandoned. Their doors and windows were shattered and their contents had been removed.
« Nobody but soldiers were to be seen. The Place de l’Universite, the Rue des Pitteurs, and the Quai des Pecheurs had been burned. »

The New York Times, 1 septembre 1914


Autres billets sur la guerre de 14-18 à Liège

Guerres et batailles à Liège

Boufflers bombarde Liège, 1691

2 juin 2007

Boufflers« Liége n’appartenait plus au roi d’Espagne; mais Liège était sortie de la neutralité qu’elle avait promise au roi de France, pour venir en aide au roi d’Espagne. Le châtiment fut terrible. Du 2 au 7 juin, les bombes et les boulets rouges, lancés jour et nuit, sans interruption, propagèrent dans tous les quartiers de la ville des incendies qui dévorèrent plus de trois mille maisons. Les Liègeois eurent la constance de ne point céder, attendant des sauveurs ou des vengeurs ; mais lorsque les troupes amies furent arrivées, trop tard pour arrêter le bombardement, au lieu de s’élancer à la poursuite de M. de Boufflers qui se retirait avec lenteur, elles aimèrent mieux reprendre pour leur compte l’œuvre inachevée des Français, et se jetant sur les ruines fumantes de Liége, elles ajoutèrent à la désolation du feu la désolation du pillage.

Louvois n’épargna pas les compliments au marquis de Boufflers : « Sa Majesté, lui écrivit-il, me commande de vous témoigner la satisfaction qu’elle a de la manière dont vous avez exécuté ses ordres dans cette expédition qui ne pouvoit succéder plus heureusement ni plus glorieusement pour ses armes, puisque, à la vue de huit ou dix mille hommes, vous avez chatié la ville de Liège, sans que personne ait osé s’y opposer, et que les secours que les ennemis ont fait arriver à tous moments dans la ville de Liége, n’ont servi qu’à augmenter la ruine. » « 

Histoire de Louvois et de son administration politique et militaire ,Camille Félix Michel Rousset, 1863


Guerres et batailles à Liège
Liège au 17ème siècle