Archive for the 'almanach' Category

Les prédictions de l’Almanach de Liège, Voltaire

31 décembre 2007

Naufrage« La plupart des prédictions étaient comme celles de l’almanach de Liège. Un grand mourra, il y aura des naufrages. Un juge de village mourait-il dans l’année ? – c’était, pour ce village le grand dont la mort était prédite; une barque de pécheurs était-elle submergée ? voilà les grands naufrages annoncés.

L’auteur de l’almanach de Liège est un sorcier, soit que ses prédictions soient accomplies, soit qu’elles ne le soient pas ; car si quelque événement les favorise, sa magie est démontré : si les événements sont contraires, on applique la prédiction à toute autre chose, & l’allégorie le tire d’affaire.

L’almanach de Liège a dit qu’il viendrait un peuple du Nord qui détruirait tout ; ce peuple ne vient point ; mais un vent du Nord fait geler, quelques vignes, c’est ce qui a été prédit par Matthieu Lansberge. Quelqu’un ose-t-il douter de son savoir ? aussitôt les colporteurs le dénoncent comme un mauvais citoyen, & les astrologues le traitent même de petit esprit, & de méchant raisonneur.  »

La philosophie de l’histoire, Voltaire, 1765

L’almanach de Liège, de Mathieu Lansberg
Retour à l’index
D’autres citations de Mathieu Laensbergh dans la littérature française

Publicités

L’almanach de Liège, de Mathieu Laensbergh

1 janvier 2007

Le plus célèbre de tous les almanachs est celui de Liège publié sous le nom de Mathieu Laensberg. On ignore si ce personnage a réellement existé. Les Liégeois le représentent comme vivant en 1650, et comme adonné à l’astrologie judiciaire, science qui n’était point encore absolument délaissée à cette époque. On a dit qu’il avait été chanoine de l’église de Saint-Barthélemi, mais des recherches faites dans les archives du chapitre n’ont amené la découverte d’aucun titulaire de ce nom. Quoi qu’il en soit, le plus ancien almanach que l’on connaisse sous le nom de Lansbert (plus tard modifié) fut imprimé à Liège en 1635, in-24 ; il est douteux qu’il soit le premier. Nous avons sous les yeux l’almanach imprimé à Liège en 1851. Il porte en tête 226è année. Si cette indication est exacte (mais c’est fort douteux), l’origine de la publication remonterait à l’an 1625. C’est à partir de 1647 que le nom de Laensberg fut substitué à celui de Lansbert.

On trouve dans ces vieux almanachs force détails sur les règnes des planètes, et des préceptes de médecine passablement absurdes, mais que corrige le conseil naïvement donné au lecteur « de ne jamais rien aventurer sans l’avis d’un bon médecin ou chirurgien. »

L’indication des époques historiques des fêtes mobiles, etc., n’offfre rien de particulier, mais la prognostication et la prédication qui terminent l’ouvrage en ont assuré le succès; c’est là que Laensberg prédit le beau temps et la pluie , c’est là qu’il prophétise les événements qui doivent s’accomplir dans le cours de l’année. Sur un millier de prédictions, il s’en rencontre de temps à autre quelques-unes que le hasard rapproche de la vérité ; il n’en faut pas davantage pour faire la fortune d’un devin. Dans la série infinie des annonces de Laensberg, de Nostradamus et d’autres prophètes de la même école, il s’en trouve forcément qui ressemblent plus tard à des faits accomplis, d’autant plus que l’obscurité sibylline de ces oracles les rend tout à fait propres à se prêter à d’innombrables interprétations. Le Liégeois, qualifié parfois de double, de triple, de véritable, est un des plus fameux.

Voici plus de deux siècles qu’on ne cesse chaque année de publier l’Almanach de Mathieu Laensberg, et les contrefaçons sont nombreuses; on cherche en vain à leur donner le cachet d’une authenticité fallacieuse au moyen de titres pompeusement exagérés; on fabrique en France le Triple véritable Almanach de Liège. D’ailleurs la marche du temps et des idées a modifié les publications qui conservent le nom du vieil astrologue ; on a renoncé à peu près à lui faire prédire l’avenir ; on l’a rendu plus raisonnable ; ses assertions sur la météorologie et l’histoire sont devenues plus exactes ; les figures en bois qui accompagnent ses paroles sont moins grossièrement taillées; autant vaut dire qu’aux yeux du public auquel il s’adresse, il a perdu une grande partie de son mérite, et qu’il est entré dans une crise de décadence qui le mènera à sa perte.

De hauts personnages se sont parfois émus des prédictions du vieil astronome liégeois. En 1794, il annonça une conflagration prochaine, le gouvernement d’alors fit saisir et mettre au pilori toute l’édition. En 1823, le gouvernement des Pays-Bas, ordinairement moins susceptible et plus raisonnable, usa de sévérité à l’égard de quelques pensées de cet antique sorcier.


Dictionnaire de bibliologie catholique: présentant un exposé des principaux objets de la science des livres, etc, Gustave Brunet, Jean Félicissime Adry, Nicolas Jamin, Charles Joseph Gloriot, Pierre François Tinthoin, Francois Marie Pérennès, 1860


L’art à Liège, autres billets
Liège au 17ème siècle
Les prévisions de Mathieu Laensbergh par Voltaire
D’autres citations de Mathieu Laensbergh dans la littérature française