Les feux d’artifice sont stockés dans la tour de la cathédrale de Liège

10 novembre 2012

Les souterrains pratiqués sous cette tour [St-Lambert] servaient à renfermer des approvisionnements réservés aux besoins de la cathédrale, et surtout de fortes quantités de salpêtre , de poudre à tirer , de pétrole , de térébenthine , de camphre et d’autres matières inflammables destinées à composer les roues à feu , les fusées sifflantes , les girandoles théodorines, les comêtes clémentines , les gerbes et les bouquets bavarois qu’on lançait du haut de la tour, lorsqu’aux époques de réjouissances on illuminait toute la cathédrale.

C’était à ses princes bavarois que Liège devait l’heureuse importation des feux d’artifices si propres par leurs variétés , leurs effets enchanteurs et qui tenaient de la féerie à embellir et à clore avec magnificence les mémorables journées de fêtes nationales dont les vieillards se plaisent encore aujourd’hui à redire la splendeur en regrettant la perte de l’antique indépendance de leur pays.

Essai historique sur l’ancienne Cathédrale de St-Lambert à Liége.., Xavier van den Steen de Jehay (baron), Liège, 1846

Publicités