Archive for the 'couvent' Category

Baudri inconsolable fonde St-Jacques à Liége

2 décembre 2007

« Plusieurs prélats illustrèrent notre pays de leurs vertus et de leur science sous le régne de St. Henri.

Il faut citer en premier lieu Baudri, le successeur de Notger sur le siége de Liége. Il se montra digne en tout de son prédécesseur, surtout par sa libéralité envers les couvents. C’est lui qui fit bâtir à Hoegaerde un château pour protéger ses terres. Le comte de Louvain, Lambert, s’en offensa et se mit à ravager les possessions de Liége. A cette nouvelle l’évêque ramasse des hommes d’armes et marche à la rencontre du comte, mais il est obligé de fuir en laissant près de trois cents des siens sur le champ de bataille.

Liège, église St-Jacques

Liège, église St-Jacques


Il était inconsolable de la perte de tant de loyaux et braves sujets. Un évêque italien, qui se trouvait pour lors à Liége, l’engagea à fonder un couvent pour le repos de leur âme. Baudri commença en effet à élever le cloitre de St. Jacques, mais la mort le surprit avant qu’il eût achevé son pieux dessein. Il laissait de quoi le continuer. Ce fut sous Baudri que le diocèse de Liége s’agrandit du comté de Looz, qui lui fut légué par le seigneur Arnould, du consentement de son épouse Lutgarde. »

Belgique catholique. Saints et grands hommes du catholicisme en Belgique, Corneille Smet, 1852

Autres billets sur les Princes-Evêques
Autres billets sur le patrimoine religieux à Liège
Liège au 11ème siècle

Publicités

L’évéque de Liége fonde Beaufays, 1128

15 septembre 2007

abbaye_de_beaufays_xviiisiecle.jpgCe fut l’évéque de Liége, Henri de Verdun, qui fonda Beaufays, en 1128 , au milieu de vastes bois qui s’étendaient depuis les hauteurs où se trouve le monastère jusqu’au fond de la Vesdre, jusqu’aux prairies de Prayon (écrit Prailhon dans notre historien Bouille). Il n’existe presque plus rien de ces bois, du moins sur les hauteurs que l’agriculture envahit chaque jour.


Le couvent de Beaufays, composé de clercs et de religieuses, suivant une coutume assez fréquente à cette époque, établit au village de Vivegnis, près de Liége, une maison secondaire, également peuplée de l’un et de l’autre sexe.  » Mais comme la plupart des Ecclésiastiques désapprouvaient cette manière de vivre, l’Evêque Jean d’Eppes, en 1235, ordonna que les Clers de ces deux Monastères demeurassent seuls à Beaufays, et les Religieuses séparément à Vivegnis …. »


— Bouille , Histoire de la ville et du pays de Liège, règne d’Alberon

Wallonnades, Joseph Francois Charles Grandgagnage, 1845


Autres billets sur les Princes-Evêques
Liège au 12ème siècle