Archive for the 'XX' Category

Liège est décorée de la Légion d’honneur

3 septembre 2007

Du Journal officiel (8 août 1914)
Paris, le 7 août 1914

Monsieur le President,

Au moment où l’Allemagne, violant délibérément la neutralité de la Belgique, reconnue par les traités, n’a pas hésité à envahir le territoire belge, la ville de Liège, appelée, la première, à subir le contact des troupes allemandes, vient de réussir, dans une lutte aussi inégale qu’héroïque, à tenir en échec l’armée de l’envahisseur.

Ce splendide fait d’armes constitue, pour la Belgique et pour la ville de Liège en particulier, un titre impérissable de gloire dont il convient que le gouvernement de la République perpétue le souvenir mémorable en conférant à la ville de Liège la croix de la Légion d’honneur.

J’ai, en conséquence, l’honneur de vous prier de vouloir bien revêtir de votre signature le projet de décret ci-joint, approuvé par le Conseil de l’Ordre de la Légion d’honneur et décidant que la croix de la Légion d’honneur est conférée à la ville de Liège.

Le ministre des Affaires étrangères, Gaston Doumergue.
Le President de la Republique Française

Sur la Proposition du Ministre des Affaires étrangères

DECRETE:

Article Premier. — La croix de chevalier de la Légion d’honneur est conférée à la ville de Liège.

ART. 2. — Le ministre des Affaires étrangères et le grand chancelier de l’Ordre sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret.

Fait à Paris, le 7 août 1914.

Par le président de la République.
R. Poincaré


Le ministre des Affaires étrangères
Gaston Doumergue

Autres billets sur la guerre de 14-18 à Liège

Guerres et batailles à Liège

Liège-Herstal-Visé, 31 août 1914, dans le New York Times

1 septembre 2007

quai_des_pecheurs_degats_guerre.jpgLondon, Aug 31 – A Reuter dispatch to Ostend says that a small party which has just returned from a visit to Liege describes the destruction wrought by the war as appalling.
« All along the road to Vise, » said one of the party, « there was nothing to be seen but walls blackened by smoke, the remains of factories burned, and mounds of earth freshly dug – the sepulchre of the first Germans to fall.

« And then comes Vise. What a painful sight for those who knew the proud city, so typical of Walloon gayety, and now nothing but a mass of ruins, while many of the inhabitants lie all over the place, their chests riddled with bullets! I was told here that the natives were put to work building roads for the invaders from Vise to Aix-la-Chapelle.

« On the way to Argenteau we met a procession of able-bodied men marching four abreast and commanded by a non-commissioned officer, all carrying implements for road and trench building. These men have to submit to discipline Draconian in severity.

« Herstal, usually filled with the busy hum of activity in factories, coal mines, and workships, we found plunged into deathly silence.

liege_destruction_place_universite.jpg« At last we entered Liege.The inhabitants stood at the thresholds of their homes, silent and anxious, but afraid to speak. The streets in the middle of the town wore a deplorable aspect. Many houses had been abandoned. Their doors and windows were shattered and their contents had been removed.
« Nobody but soldiers were to be seen. The Place de l’Universite, the Rue des Pitteurs, and the Quai des Pecheurs had been burned. »

The New York Times, 1 septembre 1914


Autres billets sur la guerre de 14-18 à Liège

Guerres et batailles à Liège

Liège par Vera Feyder

25 août 2007

« Fluviale et épiscopale, la ville basse a toujours offert à la haute l’éventail bleuté de son panorama mosan que les brumes et fumées n’ont jamais réussi à noyer sans qu’émergent, par tous les temps, les flèches, les tours, les clochers de ce qui fit de Liège, à l’orée du premier millénaire, un des hauts lieux du clergé européen.

Que les siècles et leur marche sanglante en aient rayé beaucoup de la carte n’empêche pas leurs restes, ce qui fut rebâti d’un saccage à l’autre sur leurs ruines incendiées, d’en dire long encore sur la vocation exclusivement cléricale – et conjointement marchande – de la ville telle que saint Lambert la fonda au VIIè siècle, et telle que surtout l’évêque Notger – père noble et pacifique – l’établit en 980 dans sa toute-puissante souveraineté.

Dix siècles plus tard, la ville toujours reconnaissante le fêta pratiquement à tous les coins de rue, avant que bon nombre d’entre eux ne disparaissent dans la grande dépression urbaine qui, en retournant Liège de fond en comble, allait furieusement la défigurer, au point de la rendre méconnaissable.

Ainsi se réalisa cette prophétie « bombée » sur les murs de la ville en l’an de disgrâce 1980: « Millénaire de la misère marchande » qui, pour expéditive qu’elle fût, faisait assez justement le point sur la situation physique, économique et sociale d’une ville travaillant incompréhensiblement à sa perte. »

Liège, Vera Feyder, coll. « des villes », aux éditions Champ Vallon, 128 pages.
http://www.champ-vallon.com/Pagescollections/Desvilles.html


Liège dans la littérature
Autres billets sur la description de Liège
Liège au 20 eme siècle

aout 1914, ordre à la population Liégeoise

22 août 2007

Ordre a la population Liégeoise, aout 1914

 

ORDRE

A LA POPULATION LIEGEOISE

La population d’Andenne, après avoir témoigné des intentions pacifiques à l’égard de nos troupes, les a attaquées de la façon la plus traitresse. Avec mon autorisation, le général qui commandait ces troupes a mis la ville en cendres et a fait fusiller 110 personnes.

Je porte ce fait à la connaissance de la Ville de Liège pour que ces habitants sachent à quel sort ils peuvent s’attendre s’ils prennent une attitude semblable.

Liege, le 22 août 1914.
Général Von Bulow.


Autres billets sur la guerre de 14-18 à Liège
Liège au 20ème siècle