Archive for the 'pape' Category

Les débauches honteuses de Henri de Gueldre, évêque de Liège (1247-1274)

7 novembre 2007

« Les débauches honteuses de Henri de Gueldre, qui amenèrent sa déposition, lui avaient aliéné les cœurs de ses plus obstinés défenseurs. En 1263, il avait fonde à Liège une communauté nommée la maison Tire-bourse, où l’on suivait une règle presque semblable à celle qui régissait les béguines, mais qui n’était en réalité qu’une maison de prostitution, un sérail.

Le viol de Berthe, fille de Conrad Coen dit le Frison, exaspéra la noble famille des Des Près, dont Conrad portait les armoiries; enfin lorsque, dans une réunion du chapitre de Saint-Lambert, il frappa du pied l’archidiacre d’Ardenne, Thibaud de Plaisance, il signa lui-même la sentence de sa condamnation.

Ce Thibaud était un des ecclésiastiques les plus instruits et les plus vénérés du temps. [..] il fut désigné par saint Bonaventure comme le plus digne de monter sur le trône de saint Pierre.

A peine intronisé (1272, le 6 janvier) sous le nom de Grégoire X, un de ses premiers soins fut d’inviter l’évèque Henri à changer de vie. Cité à Rome, ce prélat y trouva des députés de ses villes qui réclamaient sa déposition. Se croyant toujours certain de l’impunité, il s’était borné à communiquer le bref du souverain pontife au chapitre de Liège, en lui annonçant qu’il ne tarderait pas à revenir, pour tirer vengeance de ses ennemis.

Mais le pape, ne balança pas à frapper cet indigne pasteur. La lettre qu’il lui adressa pèse sur la mémoire de Henri de Gueldre comme un stigmate écrasant de réprobation. Simoniaque et voluptueux , l’évèque y apparaît avec tous ses vices, rendus plus odieux encore par son cynisme. On aura une idée de la dépravation de son caractère par ce seul fait, qu’il se vantait hautement d’avoir procréé quatorze fils dans l’espace, de vingt-deux mois.  »

Mémoires couronnés et autres mémoires publiés par l’académie, Tome XIII, Le duc Jean 1er et le Brabant sous le règne de ce prince , 1862


Autres billets sur les princes-évêques de Liège
Liège au 13ème siècle

Notger, né dans le Duché de Souabe

10 avril 2007

« Notger, né dans le Duché de Souabe, ou d’Allemanie, qui comprenoit, entr’autres Provinces la Suisse orientale, était neveu de l’Empereur Otton I, & cousin germain d’Otton II, père d’Otton III. Il fut Moine à Saint-Gall, & même pendant un temps Prévôt , ou Prieur claustral de ce Monastere. En 971 , il fut élu Evêque de Liège. Notger avoit toutes les éminentes qualités qui caractérisent les plus grands Prélats. Il orna & embellit de telle force la ville de Liège , qu’au sentiment de ses Contemporains , il méritoit d’en porter le titre de Fondateur plutôt que la qualité de Restaurateur.C’est ce qu’on a voulu exprimer par les deux vers suivans :

Legia , lege ligans cum Prelatis fibi leges
Notgerum Christo, Notgero catera debes.

Il avoit été Précepteur de l’Empereur Otton III, & son principal Conseiller. Les Papes, en lui renvoyant souvent la décision des différends qui s’élevoient entre les Evêques d’en-decà des Alpes, montroient combien ils estimoient ses lumières. Notger se trouva à divers Conciles.
Il mourut, généralement regretté, le 10 Avril 1008. On lui attribue l’Histoire, ou les Gestes des Evêques de Liège , imprimés dans le recueil de Chapeauville. Il est certain qu’il a eu beaucoup de part à cette histoire et qu’il l’avoit même conduite jusqu’à son temps. On a aussi de lui la vie de Saint Hadelin, ou Hadalin , Prêtre d’Aquitaine, fondateur de l’ancien Monastere de Celles près de Dinant sur la Meuse, mort vers 690. On lui attribue la traduction latine du fameux Traité de l’Interprétation qui se trouve parmi les écrits d’Aristote. »

Tableaux de la Suisse, ou voyage pittoresque fait dans les xiii cantons du corps helvétique, Tome 8, Jean Benjamin de La Borde, 1784


Autres billets sur les Princes-Evêques
Autres billets sur Notger
Liège avant l’an mille