Archive for the 'artiste' Category

Le célèbre pianiste Liszt de passage à Liége (1840)

12 octobre 2008

« Le célèbre pianiste M. Liszt a passé jeudi dernier par notre ville pour se rendre en Allemagne ; il a logé à l’Hôtel de l’Europe. On a essayé de l’engager à se faire entendre dans un concert que l’on se proposait d’organiser pour le surlendemain, mais des engagements antérieurs réclamaient sa présence à Hambourg.

Franz Liszt

Franz Liszt


Il a témoigné ses plus vifs regrets de ne pouvoir accepter, pour le moment, les propositions qui lui étaient faites avec instances et empressement. Nous pouvons toutefois assurer aux dilettanti de notre ville qu’à son retour de Hambourg , vers la fin de novembre prochain, M. Liszt se propose de donner un grand concert à Liège.

Nous aurons donc enfin le bonheur d’entendre et d’admirer ce talent si extraordinaire, dont la renommée a surpassé tant de gloires dans le monde musical. »


Revue et gazette musicale de Paris, novembre 1840


L’art à Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Jean Delcour sculpte un St.Jean-Baptiste pour Hors-Château

16 août 2008

 » Jean Delcour, né vers le milieu du 17ème siècle, à Hamoir, village du comté de Loigne, s’attacha à la Sculpture avec cette ardeur qui anime tout artiste, lorsqu’il est libre dans son choix.

La ville de Liège, peu éloignée du lieu de sa naissance, fut celle où il reçut, comme on croit, les premiers principes de son art, & où il se fixa dans la suite : mais c’est à Rome, où il fit deux voyages, que l’étude de l’antique, & les leçons de plus habiles maîtres de ce temps , mirent le comble à sa réputation.

Fontaine St-Jean, rue Hors-Château, Liège

Fontaine St-Jean, rue Hors-Château, Liège

Un des premiers ouvrages qu’il fit à Liège , à son retour de Rome, est le St.Jean-Baptiste en bronze qui fut posé, en 1667, sur la Fontaine de la rue Hors-Château. Ce beau morceau a essuyé quelques critiques, non du côté de l’art, mais parce qu’il donne l’idée d’un Repos d’Hercule, plutôt que d’un St-Jean dans l’action de baptiser. Cependant, si l’on considère qu’il s’agissoit de décorer un massif d’architecture assez lourd, érigé depuis trente & quelques années, & qu’on vouloit conserver ; si l’on fait attention qu’on exigeoit , selon toute apparence, qu’il représentât ce sujet préférablement à tout autre, tant à cause de l’allusion à une fontaine, que parce que cette fontaine étoit située dans la Paroisse dédiée à ce Saint : ne concevra-t-on pas aisément qu’une figure décharnée, assise sur un rocher auroit fait un très-mauvais effet? Et n’excusera-t-on pas la licence de l’artiste , qui d’ailleurs a montré par sa belle statue en bois de St.-Jean, prêchant dans le désert , qu’il savoit lui donner l’air convenable, lorsqu’il n’étoit pas gêné par les circonstances ?  »

Mélanges de littérature et d’histoire , Hilarion Noël Villenfagne d’Ingihoul, Liège, 1788, Desoer


Autres billets sur les personnalités de Liège
L’art à Liège, autres billets
Liège au 17ème siècle

Les Liégeois , « têtes de houille »

18 mai 2008

« Liège, en latin Leodum ou Leodicum – était une ville créée par les Mérovingiens au confluent de la Meuse et de l’Ourthe. Hérissé de hauts fourneaux, son territoire était par ailleurs creusé de mille galeries souterraines d’où l’on extrayait du charbon de pierre, appelé houille, sorte de matière noire qui avait l’apparence d’une pierre luisante et qui avait valu aux indigènes le sobriquet de « têtes de houille » dont, du reste, ils s’enorgueuillissaient.

L’habitude de ronger le sous-sol avait fait des Liégeois d’excellents sapeurs, fort recherchés par les armées pour renverser par en dessous les murailles des châteaux. Paradoxalement, le fait de passer leurs journées dans des galeries dégorgeant une gange nauséabonde n’altérait en rien l’humeur de ces gens-là. Ils étaient, par nature, primesautiers. Mais également inconstants, capables de sautes d’humeur aussi peu prévisibles qu’une pluie d’été. Et aussi fanfarons que chaleureux.  »


Le Manuscrit de la Giudecca, roman, Yvon Toussaint, Fayard, 2001


Liège et les écrivains
Le caractère Liégeois

Le palais de justice de Liège, par Gérard de Nerval

21 avril 2008

« La cour du palais de justice de Liège est un vaste carré long, entouré de magnifiques galeries aux colonnes de granit sculptées; les voûtes et les murs sont en brique rouge, sur laquelle se détache la colonnade noire et polie, ce qui rappelle certains palais de Venise. Des boutiques et des étalages garnissent partout les galeries à l’intérieur, comme dans tous les palais de justice du monde. L’extérieur,
du côté de la place, ne répond pas à ces magnificences : c’est l’aspect d’un hôpital ou d’une caserne, et pourtant c’est le plus bel édifice de Liège. Il en est de même à peu près des églises, le dehors en est peu remarquable, et trois ou quatre d’entre elles offrent des intérieurs merveilleux. Je ne me hasarderai pas à les décrire après tant d’autres voyageurs, après Dumas surtout, qui traversa Liège il y a quelques années. »


Lorely, souvenirs d’Allemagne, Gérard de Nerval, 1852


Ecrivains à Liège, autres billets
Description de Liège
Patrimoine Liégeois

Liège, palais des Princes-Eveques, XIXè siècle
Palais des Princes-Evêques, la cour intérieure vers 1833, avec quelques marchands.