Archive for the 'Perron' Category

Un hôtel de monnaie en Avroy à Liège

25 mars 2008

« Quoique la ville de Liège fût jadis comprise entre les villes libres, dites anséatiques, on ne pense pas qu’elle ait jamais fait usage du droit de battre monnaie. Celle avec la légende, in vico averano (que je n’ai jamais encore pu me procurer ni voir) est plutôt une monnaie frappée par le souverain, quoiqu’elle porte le perron, armoirie de la ville.
Les villes, bourgs et châteaux où se trouvaient des hôtels des monnaies, sont : Liège, Maestricht, Tongres, Hasselt, St.-Trond, Huy, Fosse, Currange, Rummen, Weert, Avroie, St.-Pierre, Vroonhoven, Florennes, Thuin, Malines, etc. Peut-être que plus tard, par de nouvelles découvertes de quelques monnaies, on sera dans le cas d’indiquer d’autres endroits.
Quant aux pièces sur lesquelles se trouve la légende Moneta Avrotensis, nul doute que cela veut signifier Avroie, Faubourg de Liège, ancienne seigneurie dépendante de l’évêché, où jadis il devait y avoir un château avec un hôtel de monnaie. Jusqu’à présent, nous n’avons pu découvrir l’endroit où il était situé.  »


Histoire numismatique de l’évêché et principauté de Liége, de Renesse-Breidbach, Bruxelles, 1831


Droit et administration à Liège
Le perron de Liège, autres billets
Liens divers sur la numismatique, les monnaies de Liège

Publicités

« Tu vois, haute elevée, une ronde colonne, signe de liberté, … »

17 mars 2008

ARMOIRIES DU LIEGE
au peuple du pays. (1598.)

Liégeois! c’est le blason de ton pays hautain,
Tel que lui ordonna Saint Hubert Aquitain :
Tu vois, haute elevée, une ronde colonne
Signe de liberté, municipe de Rome;
Tu vois aussi la croix sur le cime honorée,
Signe que la province en Dieu prend sa durée.
Et puis la pomme ronde au sommet, pour signal
Que tout l’estat se tient par droit impérial.
Mais qu’est-ce des Lions au bas de l’écusson
Soustenans ce pin droit, d’une brave facon?
Ce monstre que les tiens pour la foy et patrie,
Hardis comme lions, hasarderont leur vie.
Défen donque la foy, magnanime Liégeois,
Comme tu fis jadis contre les Albigeois!
Garde bien la colomne ou repose ta gloire,
Le fruit de ton bonheur, le pris de ta victoire;
Aime Dieu et ton prince, et mal ne t’aviendra,
Puis la sainte justice en paix te maintiendra.
Garde les bones meurs, peuple de haut courage.
Puisque tu as du ciel les faveurs en partage,
Fuy tout ambition et l’injuste procès;
Ne permets des méchants impunis les excès.
Maintien de ta cité l’union tant louable,
Qui, vers tous estrangers, t’a rendue admirable.
Porte au prince bon cœur; cela veut la raison.
Soit au temps fortuné, soit en l’autre saison :
Car jamais du plus fort ne fléchis aux alarmes.
Quand pour luy, vigoureux, tu prins les justes armes!


Fleurs des vieux poètes liégeois, 1550-1650, Nicholas Joseph Peetermans, Liège, 1859

Le « cri au Péron », au Perron de Liège

27 novembre 2007

Le PerronTout ce qui se faisait de solennel, d’honorable, de patriotique dans la commune , avait lieu au pied du Péron. On le regardait comme la source ou la marque de l’autorité publique.

Les hérauts , ou crieurs-jurés et publics , après avoir fait sonner quelques chamades par les joueurs-jurés de trompe ou de trompette , pour assembler le peuple , y proclamaient:

Soit l’élection des bourguemaîtres et des jurés,
Soit la paix ou la guerre,
Soit les édits du gouvernement, les récès du magistrat, les sentences des échevins,
Soit les noms des personnes qui demandaient à acquérir la bourgeoisie,
Soit le cri du pays, par lequel on invitait un criminel à venir faire des aveux, pour éclairer la justice, devant certains officiers publics, sans crainte d’être arrêté.

Cette manière de publier et de rendre exécutoires les lois et les arrêts, se nommait,dans notre jurisprudence politique et juridique: Cri au Péron.

Le Péron de Liége, Ferd. Hénaux, in La Revue de Liége, tome 6, 1846


Le perron de Liège, autres billets
droit et l’administration à Liège
Droit et justice à Liège
Retour à l’index

Le Perron de Liège est emmené à Bruges

31 octobre 2007

le Perron de Liège

Liège, le Perron

« Aprez la concqueste de la cité de Lyege faite par le duc de Bourguoigne, comme dit est, il fist prendre une coullompne, qu’ilz appelloient le Perron ‘, moult richement ouvré. Si le fist porter à Bruges et mettre ou plus parant lieu de la ville, c’est à scavoir en la place des marchans, qu’on dist la Bourse, adfin de memoire perpetuele de sa dite concqueste, et que, par ce, feust divulguée en toutes les parties de la crestienneté ; car en ycelle ditte ville de Bruges repairent diverses nations de gens. Et autour dudit Perron fut escript :

Je feus le Perron de Liège,
Que le duc Charles a concquis ;
J’estoie signe que Liège
Estoit vierge, et le pays.
Or ne soit homs esbahis
Se je suis ycy pour memore :
Le puissant duc m’y a mis
En signal de sa victore.  »

Anchiennes cronicques d’Engleterre, Jehan de Wavrin


Liège face au duc de Bourgogne, les autres billets
Le perron de Liège, autres billets
Liège au 15ème siècle