Archive for the 'Grétry' Category

Procès autour du coeur de Grétry

29 mars 2008

« Peu de temps avant sa mort,le célèbre compositeur Grétry avait témoigné le vœu que son coeur fût remis à la ville de Liège, comme preuve du sincère attachement qu’il avait conservé pour sa ville natale.
Son héritier et neveu par alliance écrivit aux magistrats de Liège qu’il était tout disposé à accomplir les volontés de son oncle. Les événements politiques ne permirent pas de s’occuper sans délai de cette affaire. Provisoirement, le coeur fut déposé dans un petit monument à l’Ermitage de Montmorency.
Liège, la statue de Grétry
Au bout de quelques années, les magistrats de Liège réclamèrent le don qui leur avait été fait. Mais alors les dispositions du neveu étaient changées : il attachait le plus grand prix à conserver le cœur de l’artiste célèbre, dont le nom répandait une sorte de prestige sur sa maison de campagne. De là procès de la part de la ville de Liège, qui confia sa cause à Hennequin. II semble que la question de droit et le sujet même offraient peu de ressources au talent. Mais le défenseur sut en découvrir. Il débuta par une biographie pleine d’intérêt du célèbre compositeur; il fut ingénieux, enjoué, dans l’exposé des faits; il établit par une série de preuves habilement enchaînées le bon droit de la ville de Liège. La cour rendit un jugement en sa faveur. »

Nouvelle biographie universelle générale, publ. sous la direction de Mr le Dr Hoefer, Tome 23, Paris, 1858


Personnalités de Liège
Droit et justice à Liège
Liège au 19ème siècle

Publicités

Grétry et Napoléon

11 mars 2008

«Grétry vit Napoléon dans toute la splendeur de son règne ; et sa lyre, toujours si mélodieuse, resta muette aux accents de la flatterie. Loin de chercher à fixer l’attention du monarque, il s’attachait à fuir ses regards ; et quand l’œil pénétrant de cet aigle à qui rien n’échappait eut découvert sa retraite, et que ses faveurs vinrent l’y chercher, Grétry, toujours lui-même, eut assez d’orgueil et de courage pour refuser Napoléon.

L’Empereur, ayant assisté à une représentation de la Caravane en fut tellement satisfait qu’il voulut voir Grétry. Après l’opéra, il lui exprima tout le plaisir que la musique de cet ouvrage lui avait causé, et lui proposa de le nommer inspecteur général du chant, sinécure qu’il créait pour lui, et que le roi Charles X fît revivre pour récompenser les talents du célèbre Rossini. Grétry, voyant dans celte faveur un lien qui peut-être enchaînerait son indépendance, répondit à l’Empereur que ses travaux ordinaires absorbaient tout son temps, et ne lui permettaient pas d’accepter.

Grétry fut membre de l’Institut de France, de la Légion d’honneur, des académies de Bologne et de Stockholm ; ce sont les seules dignités qu’il consentit à recevoir.»


Dictionnaire d’éducation: ou choix d’exemples et de faits puisés dans l’histoire ancienne et moderne, M. Delacroix, 1847


Autres billets sur les personnalités de Liège
L’art à Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Liège à ses grands hommes – Inauguration de la statue de Grétry

25 juillet 2007

« L’inauguration des plans inclinés et de la statue de Grétry à Liége, s’est faite avec une solennité et un concours de monde vraiment extraordinaires. On ne se souvient pas d’y avoir vu autant d’étrangers réunis. Quoique la fête ait duré trois ou quatre jours, on n’a pas eu le moindre désordre à réprimer; tout s’est passé de la manière la plus paisible. La statue de bronze avec son piédestal de marbre blanc, est un beau monument de 33 pieds de hauteur. C’est un honneur extraordinaire rendu à un musicien.
Liège, la statue de Grétry
Nous voudrions que Liége se souvînt un peu aussi de tant d’autres hommes distingués qu’elle a produits. Les vénérables restes de Notger, son fondateur en quelque sorte, gisent sans honneur dans le coin d’une église. Sans doute on ne pourroit élever de statue à tout le monde. Mais il y a cent manières de récompenser le mérite, et il importe à la patrie de n’en oublier aucun. Chaque grande commune ne pourroit-elle pas avoir, par exemple, sa colonne de bronze ou de marbre, où elle inscriroit simplement les noms de ses hommes illustres? »


Journal historique et littéraire, Tome 9, Liège, 1842


Autres billets sur les personnalités de Liège
Liège au 19ème siècle