Archive for the 'ouvriers' Category

Le bas prix du genièvre est source de misère chez les ouvriers de Liège

11 janvier 2008

Liège Pont des Arches buveurDans le cadre de l’enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, une série de questions fut posée aux chefs d’industrie. Voici la réponse du directeur du Charbonnage de Houlleux, à Jupille (Liége):

«Le malaise et la gêne dans lesquels un grand nombre d’ouvriers mineurs se trouvent souvent, doivent être attribués principalement à.leur intempérance, et souvent aussi au jeu.

Il arrive fréquemment que ces ouvriers ont dépensé le produit de leur quinzaine le lendemain du payement. Pour remédier autant que possible à cet abus, on a cessé de payer les ouvriers le samedi.

Le bas prix du genièvre est considéré comme une source de misère, de désordre et de scandale parmi les ouvriers. Une chose qui, à la campagne, facilite la vente à bon marché, c’est l’impunité de ceux qui se livrent à ce commerce sans être munis de patentes. Le nombre en est considérable, et dépasse de beaucoup le nombre des débitants qui se conforment aux prescriptions de la loi.

D’un autre côté, il serait à désirer que la police se fît convenablement, et qu’elle veillât à l’exécution des règlements existants sur la fermeture des cabarets et la prohibition de certains jeux, combats de coqs, etc.

On ne saurait assez le répéter, l’ivrognerie est la grande et presque l’unique cause de la misère des classés ouvrières : l’augmentation du prix des boissons spiritueuses et une police mieux organisée contribueraient puissamment à améliorer cet état de choses. »

Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, Tome I, Réponse des chefs d’industrie, Ministère de l’intérieur, Belgium Ministère de l’intérieur, 1848

Autres billets sur la santé à Liège
Liège au 19ème siècle

Publicités

La houille est exploitée en province de Liège depuis la fin du XIIè siècle.

5 novembre 2007

« La houille est exploitée en grand dans la province de Liège depuis la fin du XIIe siècle, en 1198; mais il paraît très-vraisemblable qu’elle a été connue en 1049, et peut-être encore avant. On attribue généralement la découverte de la houille à un paysan de Plainevaux, nommé Hullos, d’où certainement le mot houille, en latin huila, est tiré. Cette découverte fut faite, à ce qu’il paraît, dans les environs du Val-St-Lambert.

Liège, houillère St-Gilles, 18e siècle

Liège, houillère St-Gilles, 18e siècle

La houille est la plus grande richesse minérale de la province de Liège. Aussi y compte-t-on 106 houillères qui occupent plus de 12,000 ouvriers.
La quantité de houille livrée au commerce, en 1828, par ces précieux établissemens, s’est élevée à 576,706,860 kilogrammes. Dans ce produit annuel, les 6 houillères du quartier de Seraing figurent à elles seules pour 107,555,600 kilogrammes. On ne comprend pas dans cette évaluation la grande quantité de houille qui est consommée pour le service de ces exploitations.
Une partie de cette immense quantité de combustible se consomme dans la province, soit au service des usines, soit aux usages domestiques; l’autre partie s’exporte dans les autres provinces, et principalement dans celles de Limbourg, du Brabant septentrional, de la Hollande, etc. .  »

Essai sur la constitution géognostique de la Province de Liège, C.J. Davreux, 1829-1833


Autres billets sur les mines de Liège
Liège au 12ème siècle

Le travail des enfants dans les mines de Liège

16 septembre 2007

« Le décret impérial du 3 janvier 1813, qui fixe à 10 ans l’âge d’admission des enfants dans les mines, a conservé sa force en Belgique. L’administration tient la main à sa stricte exécution; et dans les houillères de la province de Liège, il est rare même de trouver des ouvriers âgés de moins de 12 ans.

Dans cette même province, les enfants de 12 à 15 ans forment à peu près le cinquième de la population ouvrière vouée au travail des mines; ceux de 12 à 18 ans, environ le quart.

Liège, charbonnage

Liège, charbonnage


Dans la province de Liège, les filles sont employées presque exclusivement aux travaux de la superficie. D’ordinaire, elles ne descendent pas dans les fosses avant l’âge de 15 ans. Cependant dans le bassin de Mons elles y travaillent au même âge que les garçons.

Enfant mine

Le travail de ceux-ci consiste principalement à traîner le charbon dans les travaux sur des traîneaux ou de petits waggons; quelquefois les galeries par où ils doivent passer sont si étroites et si basses qu’ils doivent se plier en deux ou même ramper sur les pieds et sur les mains pour pouvoir y passer. La fort tâche qu’on leur impose les oblige à marcher très vite, et même à courir, dans cette position gênante. »

De la condition physique et morale des jeunes ouvriers et des moyens de l’améliorer, Éd. Ducpetiaux,… 1843


lettre à propos du travail des enfants dans la mine à Liège
Autres billets sur les mines, ici
Liège au 19ème siècle