Archive for the 'Bourgogne' Category

1407, Jean de Bavière, évêque de Liége, n’entre pas dans les ordres

20 décembre 2007

«Jean De Bavière [..] était évêque de Liége, mais ne s’ était point encore engagé dans les ordres sacrés ; c’ était un vaillant chevalier attaché au métier des armes, et qui n’ avait aucun goût pour l’ église. Ses peuples cependant, ayant envie d’ avoir un évêque qui chantât la messe, le pressaient de se faire prêtre ; il le leur promettait et différait toujours. Las enfin d’ être sans pasteur, ils se révoltèrent et élurent un chanoine de Liége d’ une des grandes maisons du pays, le sire De Perweis. Comme ils étaient de l’ obédience du pape de Rome, ils s’ adressèrent à lui pour que leur nouvel évêque fût confirmé. Le pape répondit qu’ il avait prescrit un dernier délai au comte De Bavière ; ce délai n’ étant pas écoulé, il fallait en attendre la fin. Les liégeois impatiens s’ adressèrent alors au pape d’ Avignon, qui, pour les gagner à lui, et à l’ instigation du duc d’ Orléans, confirma le sire De Perweis. Jean De Bavière arma contre lui ; le duc de Bourgogne prit hautement son parti, et manda les gens d’ armes de ses états pour marcher à son secours ; cependant rien de décisif ne fut entamé en cette saison. Le duc se borna à mettre son frère en possession de Maëstricht que lui contestaient les liégeois, puis il revint à Paris.
Les discordes qui avaient régné entre les princes devenaient chaque jour plus menaçantes. Leurs courtisans étaient assidus à les aigrir l’ un contre l’ autre : le duc De Berri, la reine, le duc De Bourbon, le roi de Sicile, s’ entremettaient sans cesse à les réconcilier ; c’ était tous les jours nouvelles promesses de concorde et d’ amitié, puis nouveaux différens [..] »

Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois, 1364-1477, par M. de Barante, 1842

Autres billets sur les Princes-Evêques
Liège au 15ème siècle
Jean de Bavière sur Wikipedia

Publicités

Le Perron de Liège est emmené à Bruges

31 octobre 2007

le Perron de Liège

Liège, le Perron

« Aprez la concqueste de la cité de Lyege faite par le duc de Bourguoigne, comme dit est, il fist prendre une coullompne, qu’ilz appelloient le Perron ‘, moult richement ouvré. Si le fist porter à Bruges et mettre ou plus parant lieu de la ville, c’est à scavoir en la place des marchans, qu’on dist la Bourse, adfin de memoire perpetuele de sa dite concqueste, et que, par ce, feust divulguée en toutes les parties de la crestienneté ; car en ycelle ditte ville de Bruges repairent diverses nations de gens. Et autour dudit Perron fut escript :

Je feus le Perron de Liège,
Que le duc Charles a concquis ;
J’estoie signe que Liège
Estoit vierge, et le pays.
Or ne soit homs esbahis
Se je suis ycy pour memore :
Le puissant duc m’y a mis
En signal de sa victore.  »

Anchiennes cronicques d’Engleterre, Jehan de Wavrin


Liège face au duc de Bourgogne, les autres billets
Le perron de Liège, autres billets
Liège au 15ème siècle

Lettre du Duc de Bourgogne sur la prise de Liège, 30 octobre 1468

30 octobre 2007

« Lettre du duc aux magistrats d’Ypres, par laquelle il leur donne part de la prise de Liège : 30 octobre 1468.

DE PAR LE DUC DE BOURGOINGNE, Etc.

Tres chiers et bien amez, nous tenons que estes assez advertiz des grans oultrages, rebellions et entreprinses que ceulx de ceste cyté ont faictes, depuis que les avions derrenierement reduis, à l’encontre de reverend pere en Dieu nostre tres chier et tres amé frere et cousin l’evesque de Liege, leur seigneur, et de nous leur souverain advoé, et comment ilz ont à force d’armes prins et mené prisonnier en ladite cyté nostredit frere et pluiseurs de nous officiers, serviteurs et subgetz et des siens, les aucuns tuez et mis à mort, les aultres rançonnés ou traictiés comme ennemis, et finablement s’efforcerent de faire ou vouloir faire aultres grans entreprinses, maulx et dommaiges sur nous et nostredit frere, et sur noz pays et subgetz et les siens, et tellement que, pour à ce obvier et pour rompre l’effect de leur mauvaise et dampnable voulenté, il nous a esté besoing venir à main armee devant ladite cyté, où noz avons esté l’espace de trois jours et jusques aujourdhuy que, à l’ayde de Dieu, de sa glorieuse mere, de monsr Saint George et de noz feaulx vassaulx et subgetz , nous avons, environ xj heures du matin, prins à force et d’assault ladite cyté, sans perte de gens de nostre costé.

Ce que nous vous signiffions , affin que vous en rendez et faictes rendre par noz subgetz graces et louenge à Dieu. Tres chiers et bien amez, Nostre Seigneur soit garde de vous. Escript en ladite cyté de Liege le penultime jour d’octobre anno Lxviij.

CHARLES.
 »


Collection de documens inédits concernant l’histoire de la Belgique, Louis-Prosper Gachard, Archives générales du Royaume,
1833


Liège au 15ème siècle
Guerres et batailles à Liège
Liège face à Charles le Téméraire, les autres billets

Les Franchimontois pénètrent dans le camp de Charles le Téméraire

29 octobre 2007

franchimontois

franchimontois

« Six cents braves Franchimontois, voyant l’état de détresse où était réduite la ville de Liège, leur capitale , assiégée par Louis XI et Charles le Téméraire, duc de Bourgogne, volèrent à son secours, pénétrèrent de nuit dans le camp des ennemis , égorgèrent les gardes avancées et parvinrent jusqu’au quartier du Duc , qui eut beaucoup de peine à leur échapper, et aurait été fait prisonnier lui et le roi, sans le secours de trois cents gentilshommes qui y périrent presque tous.

A la fin l’alarme se jeta dans le camp , et les Franchimontois enveloppés de toutes parts, furent taillés en pièces. Le duc vainqueur , sans égards pour tant de bravoure, abandonna au pillage le marquisat de Franchimont, et tout y fut mis à feu et à sang. »


Analyse des eaux minérales de Spa, Edwin Godden Jones, 1816


Liège face à Charles le Téméraire
Liège au 15ème siècle
Guerres et batailles à Liège