Archive for the 'accident' Category

Coup de feu dans la mine de l’Espérance près de Liège

12 juin 2008

«Le coup de feu de la mine de l’Espérance, qui eut lieu près de Liége en juin 1858, ne paraît avoir produit des effets si funestes que par des phénomènes analogues. Le feu, s’étant propagé sans explosion, à droite et à gauche d’une taille, par l’effet d’un coup de mine, détermina une explosion dans une taille fort éloignée. Soixante-neuf mineurs furent tués. Dans la taille de l’explosion, ils avaient été brûlés et brisés ; dans celle où le feu avait pris en premier, tous les cadavres étaient placés la tête vers l’endroit même où l’inflammation avait commencé; ces malheureux ayant évidemment cherché à se garantir ainsi des gaz qui brûlaient derrière eux. Dans d’autres tailles, les ouvriers n’avaient péri que par asphyxie.»

mineurs de Liège

mineurs de Liège


Géologie appliquée: traité du gisement et de l’exploitation des minéraux utiles, Amédée Burat, 1859


Liège au 19 ème siècle
Les mines de Liège

Publicités

Liège, 200 hommes en danger dans la mine de Marihaye (english)

19 juin 2007

Liege, Belgium, June 19 – Two hundreds coal miners had a narrow escape from death in the Vieille Marihaye colliery, near here today, when fire started and penned them in. For hundred men were in the pit at the time, but two hundred managed to get out.
The entombed men remained in their perilous position for hours, with the fire raging inside the mine, but finally made their escape with the aid of rescue gangs.

Liège, charbonnage de Marihaye, vers 1880

Liège, charbonnage de Marihaye, vers 1880

The New York Times, June 20, 1914.

Autres billets sur les mines, ici

A Liège, explosion dans la houillère de Champay (1823)

27 avril 1823

« 27 avril – Liège (Pays-Bas ). — Un événement plus déplorable encore par le nombre des victimes que celui des mines d’Anzin , près Valenciennes , vient d’avoir lieu dans une des houillières voisines de Liège.

Hier , les ouvriers de la fosse de Champay, près Saint-Gilles, au nombre de quatre-vingts, à une profondeur de deux cents toises, exploitaient le filon dit veine blanche, lorsqu’une explosion terrible , produite par le gaz hydrogène , en tua vingt-un , et en blessa , plus ou moins grièvement, à peu près le même nombre : depuis il en est mort trois des suites de cet accident; l’on n’a encore pu se procurer aucun renseignement sur la cause de l’inflammation du gaz. Les propriétaires de cette exploitation employant tous les moyens en leur pouvoir pour la prévenir.  »

Annuaire historique universel pour 1823, Charles-Louis Lesur, Paris, 1824


Les mines de Liège
Liège au 19ème siècle