Archive for the 'voyageur' Category

Église à vendre à Liège

11 décembre 2007

« Au bout de quelques heures, j’étais lestement arrivé à Liége, dont l’entrée est charmante de ce côté : c’est un mélange d’eaux, d’arbres et de maisons tout à fait agréable ; ma vigilante (c’est le nom des Fiacres du pays) n’allait pas tellement vite que je n’eusse le temps d’inspecter les enseignes et les écriteaux, comme si je possédais l’emploi demandé par Caritidès, dans les Fâcheux ; sur un vieux monument tout noir, je lus cette inscription :
Église à vendre pour démolir, ou autre chose.»

Caprices et zigzags, Théophile Gauthier, 2è ed, 1856


En Avroy, une autre église rachetée
Ecrivains à Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Publicités

la cathédrale St-Lambert par Marc le Goupils

5 décembre 2007

« La cathédrale n’était, avant 95, qu’une église particulière. Sur la belle place Saint-Lambert s’élevait, il y a un peu plus de quarante ans, la vraie cathédrale consacrée à ce saint. L’extrémité de sa flèche formait, avec le sommet des tours du château-fort, une ligne horizontale.
Des statues d’or et d’argent décoraient ses nombreuses chapelles; tout autour du chœur, fermé d’une magnifique balustrade dorée, étaient les tombeaux des princes ecclésiastiques de Liège histoire sculptée de cette grande ville. Tout cela fut détruit par nos soldats, aidés de ce peuple qui, aujourd’hui, baise les dalles de ses églises relevées, et qui démolissait alors l’œuvre de ses sueurs et de ses croyances. Nos généraux républicains abattaient des cathédrales comme ils auraient abattu des forts. Ils ne comprenaient rien à cet art. La passion pour l’architecture gothique, qui est un goût d’hier, et derrière laquelle se cache l’indifférence religieuse, ne protégeait pas alors les grands monumens, et les pierres de l’église, au lieu d’être comme aujourd’hui des joyaux de sculpture, et des pensées d’art inoffensives, paraissaient alors, comme les pierres des bastilles, coupables de la tyrannie des princes ecclésiastiques, et cimentées avec le sang des peuples.
Liege ruine de St-LambertL’homme quelquefois perd le sens de ses propres œuvres, méconnaît son génie, et détruit les monumens de sa grandeur. Est-ce donc pour échapper à la science qu’il en fait disparaître les témoignages visibles?

Est-ce que ce serait trop pour sa frêle sagesse, d’un monde où le génie de toutes les générations humaines serait représenté par des monumens encore debout? »


La revue de Paris, Souvenirs de Voyage III, Liège, Marc Le Goupils, 1836


Autres billets sur la cathédrale St-Lambert
Lire aussi: Le trésor de la cathédrale de Liège
Autres billets sur le patrimoine religieux à Liège
Retour à l’index

Liège, chef-lieu du département de l’Ourthe

1 décembre 2007

Carte du département de l’Ourthe« LIÈGE. Cette ville, chef-lieu de l’Ourte, et auparavant capitale de l’évêché du même nom, sur la Meuse , est grande et riche par son commerce.
Elle a une cour impériale, une senatorerie, un siège épiscopal, une académie et un lycée. Ses édifices remarquables et ses curiosités sont la maison commune, les fontaines, sur-tout celle élevée à peu près au centre de la grande place, qui mérite une attention particulière; la belle vue du haut de la montagne des ci devant Chartreux, où l’on voit presque toute la ville à ses pieds; le quai le long de la Meuse. Les églises et les bâtimens de Liége ont beaucoup souffert dans les premiers temps de la révolution.

Elle possède des fabriques de fer, acier, ouvrages en cuivre et en laiton ; d’armes de toute espèce, de serges, de tricots, de draps pour les troupes, d’alun, de tôle, de limes, de savon; des raffineries de sel et de sucre , des tanneries et des brasseries.

Foire de 8 jours le 2 novembre.
Les bonnes auberges sont: à l’Aigle-Noir, à la Cour de Londres, La Parfaite Egalité , la Parfaite Intelligence.
Pop. 5o,ooo habitans.»

Itinéraire de l’Empire Français et de l’Italie et des provinces Illyriennes, Tome I, 3è edition, 1812.


Description de Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Les renseignements indispensables pour le voyageur à Liège

6 novembre 2007

Liège Gare des Guillemins, fiacres« LIÈGE. Au sortir de la station, établie tout auprès de la chaussée de Bruxelles, des omnibus transportent les voyageurs et leurs bagages jusqu’à Liège et les conduisent à leur destination.

PRINCIPAUX HÔTELS. Hôtel du Рavillon anglais , place Saint-Lambert. Hôtel de l’Europe, place de la Comédie; tenu par Henrard, qui tient aussi à Chaudfontaine l’hôtel de Liège. — Voitures pour Chaudfontaine.
Hôtel de Londres, place de la Comédie. Hôtel de l’Aigle noir, rue Feronstrée. Hôtel de la Pommelette, rue Souverain-Pont. Hôtel de France, rue du Dragon-d’Or. Hôtel de Suède, place de la Comédie.

Liège, Hotel de l'Europe, place du spectacle

Liège, Hotel de l'Europe, place du spectacle

VOITURES DE PLACE. — Vigilantes , Renaissantes, Léopoldines, Dames-Blanches. — Stationnement sur toutes les places publiques. — Prix : par course, à un cheval, 50 c. ; à deux chevaux,1 fг.; — à l’heure, la première, 1 fr. 50 с.; chacune des suivantes, 1 fr.

POSTE AUX CHEVAUX, cour des Ex-Mineurs.

PRINCIPAUX ROUTES DE POSTE
De Liège à Arlon, 18 p. 1/2.
à Hasselt, 4 3/4.
à Mons, 18 »
De Liège à Namur, 8 p.
à Dînant, 9 3/4.

DILIGENCES. — Van Ghend et compagnie, rue Souverain-Pont ;—Pasquet et Briard, place Verte, —pour toute la Belgique et correspondance avec la France.
BARQUES pour TILF, par l’Ourte, au rivage-des Croisiers. — Départs : le dimanche à huit heures du matin. »

Le guide indispensable du voyageur sur les chemins de fer de la Belgique, 1841

Liège au 19ème siècle
Autres billets sur la mobilité à Liège
Voyageurs et visiteurs à Liège