Archive for the 'mine' Category

Coup de feu dans la mine de l’Espérance près de Liège

12 juin 2008

«Le coup de feu de la mine de l’Espérance, qui eut lieu près de Liége en juin 1858, ne paraît avoir produit des effets si funestes que par des phénomènes analogues. Le feu, s’étant propagé sans explosion, à droite et à gauche d’une taille, par l’effet d’un coup de mine, détermina une explosion dans une taille fort éloignée. Soixante-neuf mineurs furent tués. Dans la taille de l’explosion, ils avaient été brûlés et brisés ; dans celle où le feu avait pris en premier, tous les cadavres étaient placés la tête vers l’endroit même où l’inflammation avait commencé; ces malheureux ayant évidemment cherché à se garantir ainsi des gaz qui brûlaient derrière eux. Dans d’autres tailles, les ouvriers n’avaient péri que par asphyxie.»

mineurs de Liège

mineurs de Liège


Géologie appliquée: traité du gisement et de l’exploitation des minéraux utiles, Amédée Burat, 1859


Liège au 19 ème siècle
Les mines de Liège

Publicités

La première machine de Newcomen sur la montagne St-Gilles à Liège

3 février 2008

«On a vu à quelle époque les machines de Newcomen commencèrent à fonctionner en Angleterre comme machines à épuisement. L’époque exacte de leur introduction en Belgique ne peut être qu’assez difficilement établie.

Le pays de Liége eut la première; ce fait est reconnu par les habitans du Hainaut, et ne saurait être contesté ; mais on varie sur l’époque. Les déclarations de plusieurs industriels instruits de Liége font remonter, suivant les uns jusqu’à 1722, et suivant les autres seulement jusqu’à 1730 ou même 1733, l’établissement de cette machine importée d’Angleterre ; elle fut montée sur une houillère de la montagne St-Gilles surnommée la Grosse-Houille, qui appartenait à la famille Massillon.

Un ingénieur anglais vint dans le but spécial de l’élever sur place; mais n’ayant pu y parvenir, on fut obligé de s’adresser à un serrurier des environs nommé Fastré, chez lequel on trouva en intelligence toutes les ressources qui manquaient à l’ingénieur anglais. La machine ne tarda pas à marcher à la satisfaction des exploitants.»

De l’industrie en Belgique: Causes de décadence et de prospérité, N. Briavoinne, 1839.


Autres billets sur les mines, ici
Sciences et techniques à Liège
Liège au 18ème siècle

Les enfants employés dans les mines de Liège savent-ils lire ?

25 janvier 2008

« Réponses de M. l’Ingénieur du sixième district de la troisième division des mines. Liège

QUESTION. Les enfants employés dans les mines, savent-ils, en général, lire et écrire? Ont-ils des heures libres pendant lesquelles ils pourraient assister aux leçons, soit des écoles du jour, soit des écoles dû soir, là où il en existe?

Enfant Mine charbonnage

RÉPONSE, Les enfants employés dans les mines ne savent pas, en général, lire et écrire. Les mineurs sont, sous ce rapport, d’une insouciance très-grande; dans beaucoup de mines d’ailleurs, les enfants, même au-dessous de dix ans, gagnent déjà un salaire, en faisant le triage des pierres sur les tas de charbon extrait. Dans les mines de Seraing, les enfants étant employés douze heures par jour, il est impossible qu’ils puissent, après une fatigue aussi prolongée, suivre avec le moindre fruit les leçons données aux écoles. Dans les mines situées au nord de la Vesdre, le travail du matin cessant vers deux heures, les ouvriers pourraient assister aux écoles du soir, s’il en existait. »

Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, 1846, Ministère de l’intérieur

Autres billets sur les mines, ici
Liège au 19ème siècle

La houille est exploitée en province de Liège depuis la fin du XIIè siècle.

5 novembre 2007

« La houille est exploitée en grand dans la province de Liège depuis la fin du XIIe siècle, en 1198; mais il paraît très-vraisemblable qu’elle a été connue en 1049, et peut-être encore avant. On attribue généralement la découverte de la houille à un paysan de Plainevaux, nommé Hullos, d’où certainement le mot houille, en latin huila, est tiré. Cette découverte fut faite, à ce qu’il paraît, dans les environs du Val-St-Lambert.

Liège, houillère St-Gilles, 18e siècle

Liège, houillère St-Gilles, 18e siècle

La houille est la plus grande richesse minérale de la province de Liège. Aussi y compte-t-on 106 houillères qui occupent plus de 12,000 ouvriers.
La quantité de houille livrée au commerce, en 1828, par ces précieux établissemens, s’est élevée à 576,706,860 kilogrammes. Dans ce produit annuel, les 6 houillères du quartier de Seraing figurent à elles seules pour 107,555,600 kilogrammes. On ne comprend pas dans cette évaluation la grande quantité de houille qui est consommée pour le service de ces exploitations.
Une partie de cette immense quantité de combustible se consomme dans la province, soit au service des usines, soit aux usages domestiques; l’autre partie s’exporte dans les autres provinces, et principalement dans celles de Limbourg, du Brabant septentrional, de la Hollande, etc. .  »

Essai sur la constitution géognostique de la Province de Liège, C.J. Davreux, 1829-1833


Autres billets sur les mines de Liège
Liège au 12ème siècle