Liège, ville d’agitations et d’imprévus caprices

19 novembre 2007

«Liberté orageuse, sans doute, ville d’agitations et d’imprévus caprices. Eh bien, malgré cela, pour cela peut-être, on l’aimait. C’était le mouvement, mais, à coup sûr, c’était la vie (chose si rare dans cette langueur du moyen âge!), une forte et joyeuse vie, mêlée de travail, de factions, de batailles on pouvait souffrir beaucoup dans une telle ville, s’ennuyer ? jamais.

Le caractère le plus fixe de Liège, à coup sûr, c’était le mouvement. La base de la cité, son tréfoncier chapitre, était, dans sa constance apparente, une personne mobile, variée sans cesse par l’élection, mêlée de tous les peuples, et qui s’appuyait contre la noblesse indigène d’une population d’ouvriers non moins mobile et renouvelée.

Curieuse expérience dans tout le moyen âge une ville qui se défait, se refait, sans jamais se lasser. Elle sait bien qu’elle ne peut périr; ses fleuves lui rapportent chaque fois plus qu’elle n’a détruit; chaque fois la terre est plus fertile encore, et du fond de la terre, la Liège souterraine, ce noir volcan de vie et de richesse, a bientôt jeté, par-dessus les ruines, une autre Liège, jeune et oublieuse, non moins ardente que l’ancienne, et prête au combat.»


Histoire de France jusqu’au XVIe siècle, Jules Michelet 1852


L’esprit Liégeois
Retour à l’index

Publicités