Posts Tagged ‘XIXè siècle’

Plan pour un nouveau chemin de halage à Liège

3 novembre 2012

La Meuse, dans la traversée de la ville de Liége, est dépourvue de chemins de halage sur la rive gauche, depuis le rivage des Croisiers jusqu’au quai d’Avroy.

Lorsque les bateaux sont parvenus un peu au-dessus du nouveau pont de la Boverie, les chevaux doivent gagner la rive droite et s’y maintenir jusques vers la Chapelle du Paradis, point où le halage est de nouveau transporté sur la rive gauche.

Les différentes manœuvres qu’exige cet état des rives du fleuve sont toujours fort difficiles et présentent, dans certains moments, de véritables dangers.

En 1825, des réclamations des bateliers signalèrent les inconvénients et les dangers résultant pour eux du défaut d’un halage convenable depuis le rivage des Croisiers jusqu’aux Augustins sur Avroy.

Ces plaintes furent reconnues fondées.

En conséquence, dès 1826, on dressa le plan d’un chemin de halage de 10 mètres de largeur, partant du rivage des Croisiers pour aboutir aux Augustins. L’évaluation de la dépense était de fl. 40,114-91.

Mais bientôt on conçut l’idée de substituer à ce simple chemin de halage un quai propre en même temps à la circulation des voitures.

Reprise de l’Escaut, de la Lys et de la Meuse, Annexe au rapport du budget des travaux publics, Nothomb, 1838

Publicités

Grosse tempête de neige sur Liège

23 décembre 2010

» Liège. — Hier soir, vers neuf heures, le vent se leva avec une impétuosité étonnante et fondit sur notre ville en manière de trombe, soulevant des flots de neige qui se mêlaient à une grêle épaisse et qui rendirent la nuit plus obscure. En quelques minutes, la tourmente atteignit son plus haut degré : c’était une vraie tempête. Un éclair, d’un éclat éblouissant, auquel succéda immédiatement un très-fort coup de tonnerre, illumina le ciel dans son immensité.

» Cet éclair fut suivi, à peu de distance, de deux autres coups de foudre également violents. Puis tout cessa : vent, pluie, neige, tonnerre; la bourrasque avait tout emporté avec elle, se dirigeant vers l’est avec une rapidité sans égale. Si passagère qu’ait été cette tempête, la grêle et la neige n’en étaient pas moins chassées avec tant d’impétuosité vers la terre qu’en un instant le sol en fut couvert.

» La neige a encore tombé en abondance pendant une partie de la nuit. Dans les campagnes environnantes, la couche de neige a, ce matin, près d’un pied d’épaisseur.

» On rapporte que pendant l’orage, au moment où a brillé le premier éclair, les environs de la cathédrale ont paru tout en feu. La maison du sonneur, adossée à la tour, a été remplie d’une fumée sulfureuse qui a obligé d’en ouvrir les fenêtres. On présume que la foudre est tombée sur le paratonnerre de la cathédrale, mais on n’a pas trouvé de trace de ce passage.

» Ces détails, donnés par les journaux, ont été affirmés par M. de Selys-Longchamps, qui se trouvait en ce moment à Liége.

Sur la physique du globe, A. Quetelet, Bruxelles, 1861


Phénomènes naturels à Liège
Liège au 19ème siècle