Posts Tagged ‘industrie’

Plus de machines à vapeur à Liège

17 juin 2011

Les machines à vapeur se sont aussi multipliées à Liège, comme ailleurs. Un journal de cette ville ( le Politique ) a publié un état du nombre des machines à vapeur en activité dans la province de Liège. Au 1er juillet 1837, on en comptait 237 d’une force de 7.027 chevaux, consommant, par journée de 16 heures de travail, 482.160 kilog. de houille. Au 31 décembre 1830, il n’y avait en activité , dans la même province , que 117 machines d’une force de 3.207 chevaux, consommant 236.560 kil. de charbon. Le nombre des machines est donc double maintenant de celui de 1830. La plus forte de ces machines est de la force de 300 chevaux, et la plus faible de celle de 1 cheval et demi.

Dictionnaire universel du commerce de la Banque et des Manufactures, Tome II, 4e ed., Joseph Chérade Montbrion, Paris, 1851

Publicités

Les usines de John Cockerill à Liège et ailleurs

16 novembre 2008

« M. John Cockerill possède encore à Liège, au pied du Pont-des-Jésuites, cette belle et vaste fabrique-modèle de machines, d’où sortent toutes celles qu’il emploie dans ses divers établissemens , qui occupe près de 800 ouvriers. Il possède de plus, à Liège , un tissage mécanique, une fabrique de mérinos ainsi qu’à Verviers et à Aix-la-Chapelle; à Andennes, près de Namur, une papeterie et une fabrique d’étoffes ; à Cottbus en Prusse, une fabrique de filets ; à Stolberg, des mines de zinc ; à Przelborg en Pologne, une fabrique de draps; à Barcelone, une fabrique de coton ; à Surinam , des moulins à vapeur ; à Berlin et à Guben , des filatures pour les draps ; à Aix-la-Chapelle , une filature pour la laine peignée; à Liège, une filature de coton sous la raison Yates et C° ; à Tilleur , une fonderie pour le moulage ; au Val-Benoit , un établissement pour la fabrication des chaudières; à Amsterdam , une maison pour la vente des étoffes de coton ; à Spa , une filature de coton.

John Cockerill

John Cockerill

M. Cockerill est intéressé pour de fortes parts dans les hauts-fourneaux du département du Gard; dans quatre houillères; dans les hauts-fourneaux d’Ougrée, de l’Espérance et de Chatelineau ; dans une fabrique de fusils de guerre , et à St.-Denis près Paris , dans une grande manufacture pour la filature et le tissage du lin.

Il élève , en ce moment , près de Pétersbourg , des ateliers pour la construction des machines à vapeur , locomotives et wagons ; et commence l’exploitation d’une houillère dans les environs de St-Etienne, où il se propose d’établir des hauts-fourneaux et une fabrique de fer par cylindres.  »

Biographie liégeoise, Antoine Gabriel de Becdelièvre-Hamal, Liège, 1837


Autres billets sur l’industrie à Liège
Autres billets sur des personnalités Liégeoises
Liège au 19ème siècle

Goswin plantera des arbres près de son haut-fourneau

5 octobre 2008

« Arrêté portant que le citoyen Goswin-ancien-de-Ville , domicilié a Liège, propriétaire d’un haut fourneau, situé au hameau de Ferot , canton de Ferrière, arrondissement d’Huy , et des forges de Laborive , situées sur la rivière d’Emblers, commune de Larré, département de l’Ourte, est maintenu dans le droit de tenir ces usines en activité , à la charge , par le citoyen Goswin-ancien-de-Ville , sur la réquisition du conservateur des forêts du département de l’Ourte, d’ensemencer ou de planter tous les ans , en tems convenable, en essence de bois qui lui seront indiqués , un hectare de terrain dans les vacans qui ne seraient pas à plus d’une lieue de ses établissemens. ( Du 23 germinal an 11.)  »


Arrêté sur les mines, minières, usines, pendant l’an 11, in Journal des mines, France Conseil général des mines, France Agence des mines, Tome 28, 2ème semestre, 1910


L’industrie à Liège
Liège au 19ème siècle

A Liège, l’Usine de la Vieille-Montagne rend-elle le quartier de St-Léonard insalubre ?

24 août 2008

« Le conseil communal de Liège s’est occupé d’une affaire concernant la Vieille-Montagne, établissement de Saint-Léonard à Liège.

Saisi de cette affaire par la deputation permanente, le conseil avoit, en comité général, renvoyé le dossier aux commissions de police et du contentieux, au nom desquelles un rapport a été présenté. Les conclusions prises à l’unamité par la commission tendoient à demander préalablement l’avis du conseil de salubrité publique sur les trois points suivants :
1° Quelles sont actuellement l’importance et l’étendue de la fabrication à l’usine de Saint-Léonard?
2° Le voisinage d’un établissement où l’on travaille le zinc est-il incommode, dangereux, insalubre : dans quelle mesure et dans quel rayon ?
3° Existe-t-il des moyens propres à faire disparoître en tout ou en partie les incommodités et l’insalubrité résultant de la fabrication du zinc?

Liège, four pour l'extraction du Zinc, Dony

Liège, four pour l'extraction du Zinc, Dony

Après de longs débats pour et contre les conclusions , le conseil a adopté la résolution suivante proposée par un membre : « Le conseil, vu les inconvénients qui sont résultés jusqu’à présent de la fabrication du zinc par la Société de la Vieille-Montagne, est d’avis que ladite Société ne doit pas être autorisée à continuer cette fabrication, à moins que l’on ne puisse y apporter des modifications qui donnent la certitude que tous ces inconvénients, ou au moins la plupart d’entre eux, viendront à disparoître. »  »


Journal historique et littéraire, Tome XXII, Liège, chez Kersten, 1855.

Autres billets sur l’industrie à Liège
La santé à Liège
Liège au 19ème siècle