Accidents mortels dans les mines de Liège

7 septembre 2007

liege_sclessin_charbonnages.jpg« En Belgique, comme en Angleterre, le travail des mines engendre de terribles maladies et occasionne de graves accidents. [..]

Dans la province de Liège, le 10 janvier 1811, 68 mineurs périssent brûlés ou asphyxiés, par suite du feu grisou, dans la houillère du Horloz. Une année après cet accident, le 28 février 1812, a lieu l’inondation du Beaujonc, où le mineur Hubert Goffin sauva, par son dévouement et sa présence d’esprit, 72 de ses compagnons voués à une mort presque certaine.
En 1823, une explosion dans la houillère du Champay fait plusieurs victimes. Au mois de juillet 1829, le feu grisou tue un grand nombre d’ouvriers dans la houillère de Henri-Guillaume, à Seraing. Un mois après dans la même commune, un nouveau coup de feu tue 36 ouvriers, à la houillère de l’Espérance, et en blesse 23 autres.

Une irruption des eaux donne la mort à 13 houilleurs, le 31 août 1833, dans la houillère du Corbeau à Grâce; 15 ouvriers mineurs succombent aux suites d’un coup de feu, le 6 décembre 1835, à l’exploitation du Kessales, à Jemeppe; 7 autres sont grièvement blessés. Le 22 juin 1838, nouvelle explosion du gaz hydrogène carboné dans la houillère de l’Espérance, à Seraing, qui coûte la vie à 59 ouvriers. quelques mois après arrive la catastrophe de la houillère du Horloz où 55 victimes périssent… »


De la condition physique et morale des jeunes ouvriers et des moyens de l’améliorer, Éd. Ducpetiaux, 1843


Autres billets sur les mines, ici
Liège au 19ème siècle

Publicités