Posts Tagged ‘mort’

Les funérailles de Notger furent très-solennelles

10 avril 2008

« Notger, dans ses dernières années, fit un partage des terres de son église , qui eut de fâcheuses suites. Les ayant divisées en trois parts, il en retint une pour lui , donna la seconde à la noblesse du pays , et la troisième aux églises et aux monastères. Il arriva de là, par le laps de tems, que les nobles, oubliant ce qu’ils devaient a l’église de Liège, se prévalurent des bienfaits qu’ils eu avaient reçus pour se tirer de sa dépendance.

Notger termina sa carrière, suivant un ancien auteur cité par Foulon, le 10 avril, jour du jeudi-saint de l’an 1007. Mais ces notes chronologiques ne s’accordent pas, Pâques tombant cette année le 6 et non le 13 avril.

Nous aimons mieux nous en rapporter à Lambert le Petit, qui met simplement la mort de Notger en 1008, sans marquer le mois ni le jour. Les funérailles de ce prélat furent très-solennelles et durèrent cinq jours. Le premier jour, dit Gilles d’Orval , on porta le corps à l’église de Saint- Lambert, le second à celle de Sainte-Croix , le troisième, à celle de Saint-Martin, le quatrième à celle de Saint-Paul, et le cinquième à Saint-Jean, où il fut inhumé dans la chapelle de Saint- Hilaire. Notger fonda les églises de Sainte-Croix et de Saint – Jean , dans sa ville épiscopale , et y commença celle de Saint-Denis.  »

L’art de vérifier les dates des faits historiques, des inscriptions, des chroniques, et autres anciens monuments avant l’ère chrétienne. Tome 14, Paris, 1819


Autres billets sur Notger
Les princes-évêques de Liège
Liège au 11ème siècle

Liège, église St-Denis, tour construite par Notger vers 990
Liège, église St-Denis

Publicités

Accidents mortels dans les mines de Liège

7 septembre 2007

liege_sclessin_charbonnages.jpg« En Belgique, comme en Angleterre, le travail des mines engendre de terribles maladies et occasionne de graves accidents. [..]

Dans la province de Liège, le 10 janvier 1811, 68 mineurs périssent brûlés ou asphyxiés, par suite du feu grisou, dans la houillère du Horloz. Une année après cet accident, le 28 février 1812, a lieu l’inondation du Beaujonc, où le mineur Hubert Goffin sauva, par son dévouement et sa présence d’esprit, 72 de ses compagnons voués à une mort presque certaine.
En 1823, une explosion dans la houillère du Champay fait plusieurs victimes. Au mois de juillet 1829, le feu grisou tue un grand nombre d’ouvriers dans la houillère de Henri-Guillaume, à Seraing. Un mois après dans la même commune, un nouveau coup de feu tue 36 ouvriers, à la houillère de l’Espérance, et en blesse 23 autres.

Une irruption des eaux donne la mort à 13 houilleurs, le 31 août 1833, dans la houillère du Corbeau à Grâce; 15 ouvriers mineurs succombent aux suites d’un coup de feu, le 6 décembre 1835, à l’exploitation du Kessales, à Jemeppe; 7 autres sont grièvement blessés. Le 22 juin 1838, nouvelle explosion du gaz hydrogène carboné dans la houillère de l’Espérance, à Seraing, qui coûte la vie à 59 ouvriers. quelques mois après arrive la catastrophe de la houillère du Horloz où 55 victimes périssent… »


De la condition physique et morale des jeunes ouvriers et des moyens de l’améliorer, Éd. Ducpetiaux, 1843


Autres billets sur les mines, ici
Liège au 19ème siècle

A Liège, explosion dans la houillère de Champay (1823)

27 avril 1823

« 27 avril – Liège (Pays-Bas ). — Un événement plus déplorable encore par le nombre des victimes que celui des mines d’Anzin , près Valenciennes , vient d’avoir lieu dans une des houillières voisines de Liège.

Hier , les ouvriers de la fosse de Champay, près Saint-Gilles, au nombre de quatre-vingts, à une profondeur de deux cents toises, exploitaient le filon dit veine blanche, lorsqu’une explosion terrible , produite par le gaz hydrogène , en tua vingt-un , et en blessa , plus ou moins grièvement, à peu près le même nombre : depuis il en est mort trois des suites de cet accident; l’on n’a encore pu se procurer aucun renseignement sur la cause de l’inflammation du gaz. Les propriétaires de cette exploitation employant tous les moyens en leur pouvoir pour la prévenir.  »

Annuaire historique universel pour 1823, Charles-Louis Lesur, Paris, 1824


Les mines de Liège
Liège au 19ème siècle