Posts Tagged ‘Pont-Des-Arches’

Charles le Téméraire commande de démolir le Pont des Arches

16 mai 2011

A la prise de Liége, en 1468, par Charles-le-Téméraire , celui-ci commanda de démolir le pont. Quoiqu’en disent plusieurs historiens, il est probable que malgré les ordres de ce prince absolu on ne rompit que l’arche du milieu. Après son départ, ce ne fut qu’avec de grosses poutres qu’on put communiquer d’un quartier de la ville à l’autre.

Dans un arrangement fait en 1469 entre Louis de Bourbon, prince-évêque de Liége, et le duc de Bourgogne, il fut stipulé que « par considération des grands plaisirs et services qu’il at fait a l’eglise de Liége ( Charles-le-Téméraire ! ) et à nous comme chascun scait… aucunement recompenser des grands frais et despens par luy, euz et soubstenu à l’occasion des guerres de Liége… nous luy cederons et transporterons pour luy, ses hoirs et ayant cause pour le temps et terme de trente ans prochainement et a venir, tous les droicts, proufficts et emoluments du Thoulieu et Gabelles que l’on a mis sus et qui se prendent et levent sur tous les biens… passans et qui passeront le dit temps durant par dessoubs le Pont des Arches en la dite cité… »

Liège, Pont Des Arches

Liège, Pont Des Arches

Par cette pièce on voit qu’il était appelé communément Pont des Arches.

Le Pont des Arches, donc, ne fut totalement réparé qu’en 1479, et l’évêque Robert de la Marck, au grand mécontentement des liégeois, fit dresser sur ce Pont, entre la chapelle et le corps de garde, une porte avec un pont-levis; mais dans une assemblée du Conseil, du mayeur, des échevins et des commissaires, qui eut lieu le 20 du mois de juin 1495, on résolut à l’unanimité de démolir la porte et le pont-levis et de les tronsporter vers le quartier d’Outremeuse, comme étant toujours prêt a se soulever et à venir faire des excursions dans la ville.

Description historique et topographique de Liège, Ferdinand-J. Henaux, Liège, 1837.


Liège face à Charles le Téméraire
Liège au 15ème siècle
Guerres et batailles à Liège
Le patrimoinde Liégeois

Publicités

La procession solennelle du 27 avril et le surguet

27 avril 2008

« Le 27 avril , jour de la translation du corps de St.-Lambert de Maestricht à Liège, tous les habitants de la cité faisait cortège à la procession solennelle où l’on portait la châsse du Saint, un morceau de la vraie croix , quantité d’autres reliques et d’images saintes. Le clergé tout entier, revêtu de surplis et de dalmatiques, les accompagnait en chantant des hymnes sacrés.

La plus grande pompe était déployée à cette procession , qui avait été instituée par Erard de la Marck et, suivant Vlierden, dotée par lui de revenus annuels. D’un autre côté, nous trouvons dans Bartholet une charte de la cité du 13 février 1533 , ordonnant d’affecter à cette cérémonie la moitié des revenus du tonlieu du Pont des Arches.

La veille au soir, la population liègeoise donnait aux étrangers accourus en foule, le joyeux spectacle d’une revue militaire. La plupart des bourgeois, en habits de fête ou revêtus d’armes étincelantes, parcouraient toutes les rues de la cité. Cette revue s’appelait le Surguet (*)

(*) Primitivement, dit Vlierden, cette revue s’appelait le soir guet , parce qu’elle se faisait la nuit; ce mot, devenu par corruption le scharwait, continua d’être employé alors même que cette démonstration ne se fit plus que l’après-midi. »


Organisation intérieure du Métier, Bulletin de la société Liégeoise de Littérature Wallonne, 5ème année, Liège, 1862


Liège au 16ème siècle
Fêtes et traditions à Liège
La religion à Liège

Reginard fonde l’Eglise de St-Nicolas-Aux-Mouches à Liège

25 novembre 2007

1038. REGINARD, prévôt de Bonn, acheta l’évêché de Liége, et alla à Rome pour en obtenir sa confirmation. Il se distingua par sa philanthropie , considérant tous les hommes comme une famille de frères; tel est en effet l’esprit de la morale chrétienne.

Liège, abbaye St-Laurent

Liège, abbaye St-Laurent

On lui doit la reconstruction, sur un plan plus vaste, de l’église et du monastère de St.-Laurent, Quelques auteurs lui attribuent la construction du premier pont de pierre sur la Meuse à Liége, et la fondation de l’église de St.-Nicolas-aux-Mouches en reconnaissance de la cessation d’une épidémie causée par ces insectes.

Biographie liégeoise, Antoine Gabriel de Becdelièvre-Hamal, 1836

Autres billets sur les Princes-Evêques
Autres billets sur le patrimoine religieux à Liège
Liège au 11ème siècle

Péage pour la reconstruction du Pont-Des-Arches à Liège (1652)

28 septembre 2007

Après son effondrement en 1643, le Pont-Des-Arches a été remplacé temporairement par un pont de bateau.
Bien vite cette solution a montré ses limites, et un droit de passage a été instauré pour financer la reconstruction « à la condition d’en faire l’application au rétablissement de celui de pierre, en désirant que le dit pont soit achevé en six ans (1) »

Liège, le Pont des Arches

Liège, le Pont des Arches

« Le péage pouvait rapporter, année commune, environ 3500 florins Brabant; nous en rapporterons les principales prescriptions:
– chaque bourgeois habitant dans les portes et enceintes de la cité, passeront parmi payant seulement un gigot (1/2 liard) pour chacune fois (2)

pour chaque cheval . . . . . . . . . . . . 1 liard

pour une charrette . . . . . . . . . . . . 2 liards
pour un traineau ou un sployon chargé
. . . . . 2 liards
pour un traineau ou un sployon non chargé
. . . 1 liard
pour une browette chargée
. . . . . . . . . 1 liard
pour une browette non chargée
. . . . . . . . . 0
pour une personne de dehors les murailles de la Cité passant à pied . . 1 liard
pour un cheval chargé . . . . . . . .1 pattar
pour un non chargé . . . . . . . . . 2 liards
poir une charrette chargée ou non
. . . . . . . 2 pattars
pour un carosse, char ou chariot de deux, trois, quatre
ou plusieurs chevaux ou boeufs . . . . . . . . 4 pattars
pour toutes bêtes à cornes
. . . . . . . . . 2 liards
pour 10 brebis, moutons ou autant de chèvres . . . 2 liards
pour 10 porcs,
. . . . . . . . . 1 pattar
Etaient exempts de ce péage:
1. les gens du Prince,
2.les religions des Ordres Mendiants et personnes vivant d’aumône
3. les bourgeois commis au rétablissement du pont
4. les drapiers ou leurs serviteurs allant au comptoir avec leurs manufactures fraîches, revenantes de la Foullerie. »

(1) Mandement du 6 juillet 1652
(2) Les sous liégeois ou pattar était de 4 liards et valait 6 centimes; le gigot valait par conséquent 3/4 de centimes.


Le Pont-Des-Arches, Ed. Lavalleye, ed 1979.


Autres billets sur la mobilité à Liège
Liège au 17ème siècle
Liens divers sur le Pont des Arches de Liège
Liens divers sur les ponts de Liège
Liens divers sur les monnaies à Liège