Posts Tagged ‘dérivation’

Discussion du budget pour la Dérivation de la Meuse à Liège

6 juin 2008

 » La discussion du budget des travaux publics se prolongea pendant seize séances (*), dont une grande partie fut absorbée par la dérivation de la Meuse et par le chemin de fer direct de Gand à Bruxelles. La Chambre admit, à la majorité d’une voix, des dispositions qui consacraient le principe de ces deux grands travaux : mais, au second vote et par les efforts énergiques du ministère, elle revint, également à une faible majorité, sur sa première décision. Ce qui n’empêcha pas ces projets de se réaliser plus tard, mais dans de moins bonnes conditions pour le Gouvernement. En effet, en ce qui concernait la dérivation de la Meuse, le devis ne s’élevait alors qu’à 4,000,000 de francs, la ville de Liège intervenant pour 1,000,000 et la province pour 200,000 francs. En 1851, la Meuse reparut avec ses effrayantes inondations et avec ses immenses besoins; ce qui fit donner à ce travail le nom de : « Dérivation du Trésor public dans la Meuse. » Mot exagéré, comme beaucoup de ceux dont se servent les oppositions.  »

(*) Annales parlementaires, 1846-1847.

Du gouvernement représentatif en Belgique, 1831-1848, Ernest Vandenpeerenboom, Tome Second, Bruxelles, 1856


Liège au 19ème siècle
Droit et administration à Liège

Pecheurs le long de la dérivation à Liège

Publicités

Une dérivation de la Meuse à Liège

2 mars 2008

« la première idée d’une dérivation de la Meuse, prise de la Chapelle du Paradis, aboutissant à-peu-près au point désigné maintenant, est bien antérieure à tout ce qu’on a eu l’air d’inventer depuis 1830. Voyez plusieurs articles insérés dans un journal de Liège , notamment les 20 et 24 avril 1828. Ce projet parut d’abord gigantesque, colossal, inexécutable, ainsi qu’il arrive à toute idée nouvelle; car, comme le disait Fontenelle :  » Une idée nouvelle est un coin qui se présente par le gros bout.  »

Liège, dérivation de la Meuse et pecheurs

Liège, dérivation de la Meuse et pecheurs

Au lien de retourner ce coin, de mûrir et d’améliorer ce projet, ce qu’il fallait faire, on voulut le réduire , le rappetisser , l’amoindrir pour l’abaisser au niveau des finances disponibles, comme si l’exécution d’un tel projet devait se payer en une année! La régence fit exécuter le pilotis des Augustins; on en vit bientôt l’absurdité, tout fut abandonné, et il en coûta fort cher à la ville pour avoir fait une sottise. »


Scénologie de Liége, ou Lettre sur les théatres et leurs modifications …, Frédéric Rouveroy, 1844


Description de Liège
Liège au 19ème siècle

Liége a subi une métamorphose complète dans ses vieux quartiers

17 avril 2007

« S’il est une ville dont les descriptions, vieilles d’une cinquantaine d’années, sont surannées, et ne peuvent donner qu’une idée aussi inexacte qu’incomplète, c’est bien celle de Liége. Ce n’est plus là en effet ce dédale inextricable de sales et sombres ruelles, dont un poète français regrette si vivement la disparition.

Grâce à son excellente administration communale , Liége a subi depuis une vingtaine d’années une métamorphose complète dans plusieurs de ses vieux quartiers. Aujourd’hui la Place Saint-Lambert, reliée à la Grand’Place par deux rues nouvelles ; la Place de la Comédie et les rues qui entourent le théâtre; la Place Verte, les longues et imposantes rues de la Régence et de l’Université, l’immense prolongement de cette dernière jusqu’au Casino, hors de la ville ; le long et beau Quai de la Sauvenière (qui date déjà de 1808), et la belle promenade d’Avroy, bordée des deux côtés d’une suite d’élégants hôtels, enfin le vaste et joli quartier neuf qui s’est formé à droite de cette dernière, présentent un ensemble magnifique et digne des plus riches capitales.

Le quartier d’Entre-Deux-Ponts, auparavant un des plus pauvres et des plus négligés, a eu aussi sa part dans ces travaux d’embellissement. La dérivation de la Meuse donnera lieu bientôt à l’exécution d’autres projets d’une haute importance. »

Histoire de l’architecture en Belgique: depuis les temps les plus reculés, Antoine Guillaume Bernard Schayes, 1852

Autres billets sur la description de Liège
Liège au 19ème siècle
Ailleurs: « Liège d’antan », cartes postales anciennes
Liège, la place verte
Liège, la place verte.