Posts Tagged ‘Avroy’

Les meneurs de la révolte des Rivageois sont exécutés

27 juillet 2008

« Le 27 juillet, un échafaud fut dressé au milieu du grand marché, que la garde des dix hommes entourait de toutes parts ; dans l’espace conservé libre ne se trouvaient que le mayeur, le bourreau et ses aides.

Derrière les 10 hommes se pressaient les bourgeois avides d’assister à l’exécution qui se préparait. Vers 11 heures, on vit s’avancer les neuf condamnés , accompagnés de leurs confesseurs, et le bourreau se mit bientôt à l’œuvre; trois des patiens étaient déjà exécutés, lorsqu’on s’avisa de remettre à un autre jour le supplice des six autres ; on les reconduisit donc en prison, et les têtes du malin Laurent, de Jean Carodea et de Jean Barbe, furent clouées, dans l’après-dînée, à la porte de Ste.-Marguerite.

Wasseige, de Bois, Charlier, Germeau et Thiry le Parmentier furent décollés de la même manière le samedi suivant, et leurs têtes attachées aux portes d’Avroy et de Ste.-Walburge. Il ne restait en prison que Pasquai Martinon ; ce fut son tour le lundi suivant, ainsi que celui d’un autre Rivageois, Gérard le sergent, de Ramey; ce dernier, pris le jour même et amené à Liège vers neuf heures, fut confessé à l’instant et décollé à dix. La porte de St.-Léonard eut aussi son hideux trophée.  »


La révolte des Rivageois, Revue Belge, Tome Second, Liège, 1835

Publicités

Un hôtel de monnaie en Avroy à Liège

25 mars 2008

« Quoique la ville de Liège fût jadis comprise entre les villes libres, dites anséatiques, on ne pense pas qu’elle ait jamais fait usage du droit de battre monnaie. Celle avec la légende, in vico averano (que je n’ai jamais encore pu me procurer ni voir) est plutôt une monnaie frappée par le souverain, quoiqu’elle porte le perron, armoirie de la ville.
Les villes, bourgs et châteaux où se trouvaient des hôtels des monnaies, sont : Liège, Maestricht, Tongres, Hasselt, St.-Trond, Huy, Fosse, Currange, Rummen, Weert, Avroie, St.-Pierre, Vroonhoven, Florennes, Thuin, Malines, etc. Peut-être que plus tard, par de nouvelles découvertes de quelques monnaies, on sera dans le cas d’indiquer d’autres endroits.
Quant aux pièces sur lesquelles se trouve la légende Moneta Avrotensis, nul doute que cela veut signifier Avroie, Faubourg de Liège, ancienne seigneurie dépendante de l’évêché, où jadis il devait y avoir un château avec un hôtel de monnaie. Jusqu’à présent, nous n’avons pu découvrir l’endroit où il était situé.  »


Histoire numismatique de l’évêché et principauté de Liége, de Renesse-Breidbach, Bruxelles, 1831


Droit et administration à Liège
Le perron de Liège, autres billets
Liens divers sur la numismatique, les monnaies de Liège

En Avroy, l’église des Augustins ne sera plus un moulin à ciment

29 février 2008

« Le quartier d’Avroy à Liége, considérablement augmenté par l’ouverture et la construction de plusieurs nouvelles rues, par la station du chemin de fer, le pont du Val-Benoît, le jardin botanique , etc., n’avoit qu’une seule église (Ste Véronique), petite et délabrée. Heureusement, au centre des rues neuves, existoit une autre église (celle des anciens Augustins) plus spacieuse, élégante, et bâtie seulement depuis 63 ans, mais aliénée et transformée par le malheur des temps en magasin et en moulin à ciment.

Liège, église St-Sacrement (anc. Augustins)
Cette église étoit à vendre depuis quelque temps. La fabrique de Ste Véronique, quoique pauvre, n’a pas cru devoir négliger cette occasion ; les propriétaires de l’église des Augustins ont fait une promesse de vente en sa faveur, à un prix modéré. Des subsides ont été sollicités, et ils seront accordés; mais il faut que, de son côté, la fabrique fournisse un quart de la dépense (25,000). Privée de toute ressource, elle s’est vue obligée de recourir à la piété des fidèles et d’ouvrir une souscription. Nous sommes persuadés que cet appel sera entendu, et que le conseil de fabrique de Ste Véronique n’aura pas compté en vain sur la généreuse charité du peuple liégeois. »


Journal historique et littéraire, Tome IX, Liège, 1842


Autres billets sur le patrimoine religieux de Liège
Description de Liège
Liège au 19ème siècle

Liége a subi une métamorphose complète dans ses vieux quartiers

17 avril 2007

« S’il est une ville dont les descriptions, vieilles d’une cinquantaine d’années, sont surannées, et ne peuvent donner qu’une idée aussi inexacte qu’incomplète, c’est bien celle de Liége. Ce n’est plus là en effet ce dédale inextricable de sales et sombres ruelles, dont un poète français regrette si vivement la disparition.

Grâce à son excellente administration communale , Liége a subi depuis une vingtaine d’années une métamorphose complète dans plusieurs de ses vieux quartiers. Aujourd’hui la Place Saint-Lambert, reliée à la Grand’Place par deux rues nouvelles ; la Place de la Comédie et les rues qui entourent le théâtre; la Place Verte, les longues et imposantes rues de la Régence et de l’Université, l’immense prolongement de cette dernière jusqu’au Casino, hors de la ville ; le long et beau Quai de la Sauvenière (qui date déjà de 1808), et la belle promenade d’Avroy, bordée des deux côtés d’une suite d’élégants hôtels, enfin le vaste et joli quartier neuf qui s’est formé à droite de cette dernière, présentent un ensemble magnifique et digne des plus riches capitales.

Le quartier d’Entre-Deux-Ponts, auparavant un des plus pauvres et des plus négligés, a eu aussi sa part dans ces travaux d’embellissement. La dérivation de la Meuse donnera lieu bientôt à l’exécution d’autres projets d’une haute importance. »

Histoire de l’architecture en Belgique: depuis les temps les plus reculés, Antoine Guillaume Bernard Schayes, 1852

Autres billets sur la description de Liège
Liège au 19ème siècle
Ailleurs: « Liège d’antan », cartes postales anciennes
Liège, la place verte
Liège, la place verte.