Posts Tagged ‘arme’

La fabrication d’armes s’accroit à Liège (1815-1838)

7 décembre 2007

Durant la période hollandaise, la fabrication des armes a pris du développement; le débouché de l’Amérique s’ouvrit pour elle ; depuis la révolution de 1830, ce développement s’est encore accru.

En 1829, cent quatre-vingt-dix mille six cent soixante armes à feu sortirent de ses ateliers; on en compte, pour 1835, deux cent soixante et onze mille cinq cent quatre-vingt-sept, se composant de 74,608 armes de guerre, 100,488 fusils de luxe à un coup, 24,337 fusils doubles, 7,229 fusils de bord, 15,537 paires de pistolets de luxe, de combat, d’arçon, etc., 49,488 paires de pistolets de poche, représentant environ une valeur de cinq millions de francs.
Le Page Liège

La fabrication a encore augmenté en 1836; voici ce que Liége a produit dans cette dernière année :

Fusils de luxe à un coup 152,044
Fusils de luxe à deux coups 24,846
Fusils de bord 8,438
Pistolets d’arçon (par paires) 22,086
Pistolets de poche (par paires) 70,314
Fusils de munition, mousquets 71,651
Total. 349,379

Liège fusil Francotte 1850Il est essentiel de faire observer, pour n’induire personne en erreur, que ces calculs sont fournis par le banc d’épreuve où se vérifient les armes avant leur achèvement. Beaucoup de canons octogones entre autres sont envoyés, bruts et sans être montés, dans le Levant.
Les fusils de Liége s’expédient dans le monde entier malgré les barrières de douane. Le bon marché assure cet avantage aux fabricans liégeois.
Birmingham, le grand atelier de l’Angleterre, ne l’emporte pas sur Liége par le nombre de pièces qu’il fournit.
Nous parlons des fusils de luxe et de commerce, car pour les fusils de guerre, on n’en peut expédier ni en Angleterre, ni en Autriche, ni en Prusse, ni en Russie.

Sur les Inventions et Perfectionnemens dans l’industrie, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, par M. N. Briavoinne. in Tome XIII des Mémoires couronnés par l’Académie Royale des Sciences et Belles Lettres de Bruxelles, 1838


Autres billets sur l’industrie à Liège
Liège au 19ème siècle

Publicités

Liège est encore au dix-neuvième siècle la ville des armuriers

27 avril 2007

Liège, armuriers

Liège, armuriers

«Liège est encore, au dix-neuvième siècle, comme au seizième, la ville des armuriers. Elle lutte avec la France pour les armes de guerre, et avec Versailles en particulier pour les armes de luxe. Mais la vieille cité de saint Hubert, jadis église et forteresse, commune ecclésiastique et militaire , ne prie plus et ne se bat plus ; elle vend et achète. C’est aujourd’ hui une grosse ruche industrielle. Liége s’est transformée en un riche centre commercial. La vallée de la Meuse lui met un bras en France et l’autre en Hollande, et, grâce à ces deux grands bras, sans cesse elle prend de l’une et reçoit de l’autre. »

Le Rhin: lettres à un ami, Victor Hugo, 1842


Ecrivains à Liège, autres billets
Le commerce à Liège
Description de Liège
Liège au 19ème siècle

Une société contre le duel s’est formée à Liège

10 mars 2007

«Les ravages que la fatale nécessité du duel cause dans les familles, dans la société, et même dans les partis, ont éveillé la sollicitude de philantropes utopistes.

Il s’est formé à Liège une société contre le duel, à l’imitation des sociétés de tempérance et d’anti-tabac. Personne n’en est à justifier le duel sous le point de vue moral ou religieux, tout le monde l’admet comme une conséquence sociale : M. Dupin, dans l’affaire de M. de Lamarthonie, n’a rien dit à la cour de cassation, que n’eût écrit en meilleurs termes Jean-Jacques Rousseau. Les mœurs font les lois, les lois ne font pas les mœurs : encore moins les sociétés particulières liégeoises ou autres empêcheront-elles des gens de cœur de se couper la gorge,— expression consacrée, — ( en duel on se perfore, on ne se coupe jamais la gorge).

Laissons donc Liège, la ville des pistolets, s’associer contre les duellistes qui ne lui demanderont pas de permission : nous trouvons bien plus raisonnable l’entreprise d’un homme du monde, de M. le comte de Chaleauvillart, qui a voulu régulariser le duel, lui prescrire un code, des lois, et diminuer ainsi le nombre des accidens ou des crimes [..] »

La Revue de Paris, Marc Le Goupils, Tome 32è, 1836


Sur le duel à Liège, lire aussi le dernier paragraphe du bilet sur le tribunal de Notre-Dame-aux-Fonts

Liège au 19ème siècle