Posts Tagged ‘11ème siècle’

L’évêque Otbert, acheteur de nombreuses seigneuries

26 décembre 2011

Du même côté que Hermalle, on voit ensuite quelques bâtiments qui dépendent de la commune de Clermont.

Le château avait été le berceau d’une famille célèbre. En 1096, l’évêque de Liége, Otbert, n’allait pas à la croisade, mais il offrait volontiers acquéreur aux chevaliers partant pour la Terre-sainte qui avaient des domaines à vendre.

Otbert fit emplette de Clermont, comme de Couvin, de Bouillon, et de tant d’autres seigneuries. C’était un acheteur à toutes mains. Pour se procurer l’argent nécessaire, il dépouillait les églises, les couvents. L’abbaye de Saint-Hubert possédait trois grandes croix d’or : il les fondit. Un autre jour, il enleva jusqu’aux pierreries qui décoraient la châsse de Saint-Lambert, à Liége. Ne fallait-il pas mettre les croisés en état de payer leurs dettes, de s’équiper, de garnir leur bourse pour le voyage? Il eût été plus généreux peut-être de se saigner pour eux et de ne pas leur prendre leur patrimoine; mais après tout l’Eglise ne peut pas se ruiner pour des laïcs. Quand ils vont mourir pour elle, ils gagnent le ciel; c’est assez pour les familles.

La Meuse belge: histoire, légendes, sites et monumens, industrie, Auguste Morel, Liège, 1858.


Autres billets sur les Evêques
Liège au 11ème siècle

Publicités

L’héritier du trône de Pologne achève son éducation à Liège

5 novembre 2008

« Pendant la révolution de 1034-1040, le jeune héritier du trône de Pologne, Kasimir I°, alla avec sa mère en Allemagne; mais il fut envoyé sur-le-champ en France , à Liège (Leodium), pour y terminer son éducation. A son retour dans sa patrie, il emmena avec lui un grand nombre d’ecclésiastiques français, qu’il installa surtout dans les abbayes de Tyniec et de Lubusz. L’abbé de Tyniec, ensuite évêque de Krakovie , était aussi Français , et s’appelait Aaron : il avait douze moines, ses compatriotes, sous ses ordres. »

Tableau de la Pologne ancienne et moderne, Conrad Malte-Brun, Léonard Chodźko, Joachim Lelewel, Michał Podczaszyński, Tome Second, Paris 1830


L’enseignement à Liège
11ème siècle à Liège

Au 11ème siècle, Liége est la nourrice des arts

27 mai 2008

« Au onzième siècle, l’Église de Liége était le centre d’un grand mouvement intellectuel; elle avait à sa tête des hommes remarquables par leur vertu et leur savoir; ses écoles attiraient des élèves de tous les pays de l’Europe. Liége passait pour la nourrice des arts (*) ; sa science était proverbiale.

(*) — « Legia, magnarum quondam artium nutricula ». (Adelmanni, Scholastici Rythmi, ap. Boulquet, T. XI, pag. 439.)
— Le scolastique Gozechinus dit que Liége est une Athènes pour les lettres et la philosophie et une Rome pour la religion. (Epist., a. 106O, ap. Bouquet, T. XI, pag.501. )
— L’abbé d’Ursperg dit dans sa chronique (a. 1117) : « Leodium studiis litterarum prœ cœteris optime famosa. » «

Études sur l’histoire de l’humanité, F. Laurent, Paris, 1865


L’art à Liège
11ème siècle à Liège
Sciences et techniques à Liège

Les funérailles de Notger furent très-solennelles

10 avril 2008

« Notger, dans ses dernières années, fit un partage des terres de son église , qui eut de fâcheuses suites. Les ayant divisées en trois parts, il en retint une pour lui , donna la seconde à la noblesse du pays , et la troisième aux églises et aux monastères. Il arriva de là, par le laps de tems, que les nobles, oubliant ce qu’ils devaient a l’église de Liège, se prévalurent des bienfaits qu’ils eu avaient reçus pour se tirer de sa dépendance.

Notger termina sa carrière, suivant un ancien auteur cité par Foulon, le 10 avril, jour du jeudi-saint de l’an 1007. Mais ces notes chronologiques ne s’accordent pas, Pâques tombant cette année le 6 et non le 13 avril.

Nous aimons mieux nous en rapporter à Lambert le Petit, qui met simplement la mort de Notger en 1008, sans marquer le mois ni le jour. Les funérailles de ce prélat furent très-solennelles et durèrent cinq jours. Le premier jour, dit Gilles d’Orval , on porta le corps à l’église de Saint- Lambert, le second à celle de Sainte-Croix , le troisième, à celle de Saint-Martin, le quatrième à celle de Saint-Paul, et le cinquième à Saint-Jean, où il fut inhumé dans la chapelle de Saint- Hilaire. Notger fonda les églises de Sainte-Croix et de Saint – Jean , dans sa ville épiscopale , et y commença celle de Saint-Denis.  »

L’art de vérifier les dates des faits historiques, des inscriptions, des chroniques, et autres anciens monuments avant l’ère chrétienne. Tome 14, Paris, 1819


Autres billets sur Notger
Les princes-évêques de Liège
Liège au 11ème siècle

Liège, église St-Denis, tour construite par Notger vers 990
Liège, église St-Denis