Les Liégeois défendent leurs privilèges l’épée à la main

29 octobre 2008

« La constitution du pays de Liège a toujours fait l’admiration des publicistes , qui ont cité parmi les choses remarquables qu’elle renferme , cet étonnant tribunal des XXII, dont l’établissement nous a été envié par les Anglais eux-mêmes , qui , dans un pays que l’on se plaît à appeller la terre classique de la liberté , n’ont que leur loi habeas corpus, si souvent suspendue., qu’ils puissent opposer à ce palladium, monument de la sagesse de nos ancêtres trop souvent calomniés.

L’homme vraiment philosophe ne lit pas sans intérêt ni sans fruit ces ouvrages dans lesquels on tend à faire connaître les droits des peuples et la marche de l’esprit humain : nous croyons que, sous ce rapport, la production dont nous nous efforçons de présenter une idée succincte, remplira le but de l’auteur , et satisfera pleinement les amateurs des recherches d’histoire et du droit des gens. On lira aussi avec plaisir le récit rapidement tracé des guerres civiles des Liégeois contre leurs princes ; on verra que ce peuple de preux , doué d’un esprit vraiment chevaleresque, ne souffrait jamais que l’on violât le moindre de ses privilèges , c’est-à-dire, ce que dans un siècle plus éclairé nons appelions les droits de l’homme , et qu’il les défendait en mettant aussitôt l’épée à la main. »


Mercure Belge, rédigé par une société de gens de lettres, Tome Second, Bruxelles, 1818.


pouvoir et administration à Liège
Retour à l’index