Notger punit les perturbateurs de Liège (972)

16 mars 2008

« La fin de l’épiscopat d’Éracle avait été signalée par de grands désordres que ce prélat n’avait pas réprimés, soit par faiblesse, soit parce qu’il en avait été lui-même la principale victime. Voici ce qui était arrivé. Un nommé Henri de Marlagne avait envahi le palais de l’évéque avec une troupe de séditieux et s’y était livré à toute sorte d’excès. Eracle était mort sans avoir puni cet affront fait à sa dignité, et Henri de Marlagne continuait avec les siens d’infester Liège et ses environs.

Notger, arrivé au pouvoir, comprit qu’une mesure énergique pouvait seule délivrer la ville de ce fléau. Il rassembla donc une troupe de gens de guerre, descendit dans le quartier occupé par les brigands, les cerna dans leurs logements, et les pendit presque tous aux portes de leurs maisons. Par cet acte de sévérité, il rendit aux lois leur vigueur, à l’autorité sa force, et imprima une terreur salutaire à l’esprit de turbulence et de sédition. L’ordre et la tranquillité ainsi rétablis, Notger s’occupa du soin des affaires spirituelles et temporelles de l’évéché.  »


L’Univers: histoire et description de tous les peuples : Belgique et Hollande, M Van Hasselt, 1844


Autres billets sur Notger
Liège au 10 ème siècle

Publicités