Un tribunal dans l’église de Notre-Dame- aux-Fonts à Liège

10 mars 2008

« [..] La séance de ce tribunal était fixée aux samedis, dans l’église de Notre-Dame-aux-Fonts à Liège. L’évéque devait y présider lui-même, revêtu de ses habits pontificaux ; à côté de lui un magistrat, prœtor, armé , se tenait debout avec quelques vassaux de l’église de Liège. Ils jugeaient entre autres des causes de rapt, de violence , de vol public, d’incendie, de contravention à la trêve et de destruction d’arbres fruitiers.

Tous les diocésains, quand ils avaient été cités, étaient obligés de comparaître en personne devant ce tribunal. Les ecclésiastiques n’étaient cependant pas soumis à sa juridiction , ni les princes qui avaient concouru à l’établir. Ces derniers conservaient par conséquent le droit de se faire mutuellement la guerre au détriment des peuples. Les accusés qui, cités sept fois, ne se présentaient point, ou ne légitimaient pas leur absence par des motifs valables , étaient déclarés infâmes au son de la cloche de l’église de Notre-Dame , et ensuite bannis de tout le diocèse après avoir été excommuniés.

Un absent ne pouvait y faire citer personne ; mais il était permis au clergé et aux femmes, ainsi qu’aux impubères, d’y porter leurs plaintes par des fondés de pouvoir. Quand il s’était présenté des causes , l’évêque tenait le lendemain (le dimanche) une séance dans son palais pour les examiner.

Mais il était au choix de l’accusé de tenter les voies de droit, et alors son affaire était remise au jugement de deux vassaux de l’église de Liège, pour en décider selon les lois ou vider la querelle par le duel. Dans ce dernier cas il recevait une épée du mayeur, prœtor, et avant les six premières semaines écoulées, les deux champions, couverts d’une armure peinte en rouge, armis tecti miniatis, devaient se battre dans un champ de vingt pieds carré. Celui qui terrassait son adversaire était réputé innocent ; car, par une persuasion téméraire , l’issue de ces combats était regardée comme un témoignage de la divinité en faveur de l’innocence, d’où leur est venu le nom de jugement de Dieu


Godefroid de Bouillon, chroniques et légendes, 1095-1180, J. Collin de Plancy, Bruxelles, 1842


Droit et justice à Liège
Liège au 12 ème siècle

Advertisements