La population des fabriques de draps et des filatures à Liège au 19è siécle

23 janvier 2008

«La population des fabriques de draps et des filatures, placée dans des circonstances propres à faire naître le crétinisme, est par cela même portée plus qu’aucune autre aux actes vénériens.

La constitution de cette population ouvrière se détériore d’autant plus que ces actes se répètent plus souvent. La famille des ouvriers les plus faibles est ordinairement nombreuse : mais quels êtres peuvent provenir d’individus cacochymes et malingres? Les enfants qu’ils procréent, loin d’être plus tard de quelque secours à la famille, sont une nouvelle charge pour elle.

Ils naissent malades et traînent une pénible existence jusqu’au moment où la mort vient mettre un terme à leur souffrance et rendre au travail une mère qui avait dû l’abandonner pour les soigner. Autre cause de misère et de privations !»

Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, Ministère de l’intérieur, 1846

Autres billets sur la santé à Liège
Liège au 19ème siècle

Advertisements