Archive for janvier, 2008

Ferdinand de Bavière tient le Synode de Liège en 1618

30 janvier 2008

« Synode de Liége, l’an 1618. Ferdinand de Bavière , archevêque de Cologne et évêque de Liége, tint ce synode. Il ordonna, entre autres statuts, de ne représenter aucune comédie ou pièce de théâtre, à moins qu’elle ne fût approuvée du vicaire de l’évéque; qu’оп réduisît à de justes bornes la pompe des cérémonies funèbres, et que l’office ne s’en fit jamais, pour qui que ce fût, par un évêque ou par un abbé. Il permit de compenser par cinq Pater et cinq Ave, dits en l’honneur des cinq plaies de Notre – Seigneur , l’abstinence de viande prescrite aux prêtres pour les deux jours avant les Cendres, et celle de laitage imposée même aux simples fidèles pour tout le carême et les vigiles de fêtes. »

Encyclopédie théologique, Tome 13ème, Dictionnaire Universel et complet des Conciles, Augustin Calmet, 1847


La religion à Liège
Autres billets sur les Princes-Evêques
Liège au 17ème siècle

Publicités

Poids et mesures à Liège

28 janvier 2008

« Bonnier. En hollandais et en flamand blinder. Mesure agraire ou de superficie usitée en Belgique et en Hollande.

Liège: Le bonnier = 4 journaux = 20 grandes verges = 400 petites verges carrées = 102,400 pieds de Saint-Lambert = 87, 1908 ares.

[..] Muid. Mesure de capacité pour matières sèches et pour liquides.

Liége: Le muid = 8 setiers = 32 quartes = 128 pagnoux = 312 mesurettes = 2,4570 hectol.

[..] Hasselt: Le pied de Saint-Lambert — 10 pouces = 100 lignes. = 291,8 mm.

Liége: Le pied de Saint-Hubert, pour la mesure des charpentes et maçonneries = 10 pouces = 100 lignes = 1000 points = 294,7 mm.
Le pied de Saint-Lambert est pour la mesure des terres.

[..] Pinte. Mesure de capacité tant pour liquides que pour matières sèches.

Liége: La pinte, 1/2 du pot = 2 chopines = 0,63985 litres.

[..] Pot. Mesure de capacité tant pour liquides que pour matières sèches, appelée en flamand pot (pluriel pollen).

Liége: Le pot = 2 pintes = 4 chopines = 16 mesurettes = 1,2797 litres

[..] Setier. En flamand sister, en allemand sester, mesure de capacité et agraire.

Liége: Le setier, 8è du muid — 4 quartes =16 pagnoux = 64 mesurettes =30,71 litres»

Cours raisonné et pratique d’agriculture et de chimie agricole, Tome II, M J Scheidweiler, 1843

Autres billets sur le droit et administration à Liège
Liège au 19ème siècle

A quelque pas de Liége, fume et bouillonne Serin

27 janvier 2008

« A quelque pas de Liége, fume et bouillonne Serin, où M. Cockerill a ses usines.

Les forges de Lemnos, avec leurs rois pauvres Cyclopes, étaient peu de chose à côté de cet immense établissement, toujours noir de charbon, toujours rouge de flamme, où les métaux coulent par torrents, où l’on puddle, où l’on cingle le fer, où se fabriquent ces énormes pièces, ossements d’acier des machines à vapeur ; là l’industrie s’élève jusqu’à la poésie, et laisse bien loin derrière elle les inventions mythologiques. »

Caprices et zigzags, Théophile Gauthier, 2è ed, 1856

Seraing

Autres billets sur l’industrie à Liège
Ecrivains à Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Les enfants employés dans les mines de Liège savent-ils lire ?

25 janvier 2008

« Réponses de M. l’Ingénieur du sixième district de la troisième division des mines. Liège

QUESTION. Les enfants employés dans les mines, savent-ils, en général, lire et écrire? Ont-ils des heures libres pendant lesquelles ils pourraient assister aux leçons, soit des écoles du jour, soit des écoles dû soir, là où il en existe?

Enfant Mine charbonnage

RÉPONSE, Les enfants employés dans les mines ne savent pas, en général, lire et écrire. Les mineurs sont, sous ce rapport, d’une insouciance très-grande; dans beaucoup de mines d’ailleurs, les enfants, même au-dessous de dix ans, gagnent déjà un salaire, en faisant le triage des pierres sur les tas de charbon extrait. Dans les mines de Seraing, les enfants étant employés douze heures par jour, il est impossible qu’ils puissent, après une fatigue aussi prolongée, suivre avec le moindre fruit les leçons données aux écoles. Dans les mines situées au nord de la Vesdre, le travail du matin cessant vers deux heures, les ouvriers pourraient assister aux écoles du soir, s’il en existait. »

Enquête sur la condition des classes ouvrières et sur le travail des enfants, 1846, Ministère de l’intérieur

Autres billets sur les mines, ici
Liège au 19ème siècle