Les servantes enferment leurs maîtres jusqu’à obtenir un gâteau

28 décembre 2007

« 28 décembre, Jour des Innocents. Cette fête que nous trouvons déjà indiquée dans la liste des fêtes de l’église de Carthage, composée vers la fin du cinquième siècle, fut instituée en souvenir des petits enfants que le roi Hérode fit égorger. La légende chrétienne accordait au couvent de Saint-Gérard, dans le Namurois, les corps de deux de ces Saints-Innocents : Benjamin et Philippe, rapportés par saint Gérard d’un monastère appelé Autas, en Italie.

[..]Le jour des Innocents est en Belgique plus qu’ailleurs une fête des plus populaires. Car si la jeunesse, à la Noël, a moins de réjouissances en Belgique que dans les autres pays teutoniques, elle est indemnisée par le jour des Innocents, véritable fête de l’enfance, où les enfants sont maîtres dans la maison et les parents à leur tour doivent leur obéir.

Dans les environs de Liége, les servantes jouissent encore du privilège d’enfermer leurs maîtres jusqu’à ce qu’ils leur aient promis un gâteau, et de se mettre ensuite à la table de famille pour être du dîner qu’a commandé le plus petit enfant de la maison. L’enfant même, travesti et muni des clefs, doit apporter le gâteau et en servir à tous les convives.»

Traditions et légendes de la Belgique. tome II, Le Baron de Reinsberg-Düringsfeld, 1870


Fêtes et traditions à Liège
Liège au 19ème siècle