La Société des Mines et Fonderie de la Vieille-Montagne de Liège

15 décembre 2007

« La Société des mines et fonderie de la Vieille-Montagne a envoyé seulement trois feuilles de zinc laminé ; mais à côté de cela elle a mis une collection très-nombreuse des objets principaux pour lesquels le zinc est aujourd’hui employé.

Nous avons peu de chose à dire sur cet établissement et ses produits.
Usines de la Vieille Montagne à Saint-Georges-sur-Meuse, par J. FussellSon importance n’est ignorée de personne, sa richesse est connue, ses produits appréciés. Il faudrait remonter très-haut pour trouver l’origine de l’exploitation de la pierre calaminaire dans la province de Liége , mais depuis une dizaine d’années les avantages, l’économie de l’emploi du métal qu’on en obtient se sont tellement répandus, que son exploitation seule dépasse trois millions de kilogrammes en brut (toutenague) ou laminé, d’une valeur d’environ trois millions de francs, ne représentant guère que le tiers de l’exploitation totale.  »

Revue de l’Exposition des produits de l’industrie nationale en 1841, Édouard Perrot


Autres billets sur l’industrie à Liège
Liège au 19ème siècle

Advertisements