«Riche comme un Curcieux de Liége.»

3 décembre 2007

« La famille Curtius, dit mde Dunoyer, a été si opulente que, quand on voulait exagérer la richesse de quelqu’un, on disait : «Riche comme un Curcieux de Liége ». Cette opulence était toute récente, comme la famille : elle datait de Jean Curtius, ou DE LE COURT, commissaire général des munitions de guerre au service d’Espagne, emploi correspondant sans doute aux munitionnaires généraux de la république, qui nous ont aussi scandalisés par la rapidité de leur fortune.

Il fit bâtir, dit Loyens, la magnifique maison qui porte son nom, la belle maison de Vaux-sous -Chèvremont, les châteaux d’Oupeye et de Grand-Aaz, les beaux moulins appelés les Moulins Curtius, situés à Graveroulle, les seigneuries de Vivegnis et autres, qu’il avait acquises.

Liège, panorama de 1649 par Julius Milheuser, Curtius et St-Barthélémy

Mais ses richesses ne furent pas uniquement consacrées à son usage personnel : il restaura plusieurs monuments publics, qu’il décora de ses armoiries,—symptôme d’un parvenu anobli ; — il dota plusieurs églises, et les orna de ses armoiries ; il fonda le couvent des capucins, peut-être pour sanctifier la propriété de ce qu’il se réservait.
Il avait entrepris le voyage d’Espagne pour essayer d’arracher aux lenteurs habituelles du fisc castillan le solde de créances arriérées ; mais il mourut avant le payement, à Leganez, en 1628. Son corps, ramené à Liége, fut déposé dans l’église des capucins.»

Bulletin du bibliographie belge, Tome XI (ser.2, tome II), 1855

Curtius, commissaire du Roi d’Espagne
Autres billets sur des personnalités Liégeoises
Liège au 17ème siècle

Advertisements