Adaptation du diapason musical de Liège

22 novembre 2007

« La question de l’abaissement du diapason musical vient d’être agitée à Liége, grâce à l’initiative prise par M. A Gillon, échevin, de l’Instruction publique et des Beaux-Arts.

Sur la proposition de cet honorable échevin une commission spéciale a été chargée par l’administration communale d’examiner s’il y a lieu d’adopter au Théâtre- Royal de Liége le diapason normal français. Le la actuel du théâtre de Liége est de près d’un demi ton plus élevé que celui des théâtres de France; aussi tous les chanteurs ne cessent-ils de protester contre cet état de choses.

Liège, le conservatoire de musique

Liège, le conservatoire de musique

La commission liégeoise, composée de MM. Gillon, président; Etienne Soubre directeur du Conservatoire ; A. de Mélotte, membre de la commission administrative de cet établissement ; L. Terry, professeur de chant; H. Kirsch et G. Masset, hommes de lettres et B. Rongé, compositeur de musique, après s’être réunie plusieurs fois à l’Hôtel-de-Ville, vient d’arrêter définitivement les termes et les conclusions de son rapport. Ce rapport, fortement motivé, rédigé par M. Rongé, conclut à l’adoption au théatre de Liége, pour la campagne prochaine, du diapason normal français.

Cette décision de la commission a été prise à l’unanimité. (Journal des Beaux-Arts.) »


Journal historique et littéraire, Tome XXIX, Liège, 1863


L’art à Liège, autres billets
Liège au 19ème siècle

Advertisements