Charles-Martel accorde la puissance séculière à l’évêché de Liège

2 novembre 2007

Charles Martel« Charles-Martel, dit l’auteur de la vie de saint Hubert, accorda à l’évêché de Liège la puissance et la juridiction séculières. Jusque-là , les ducs francs avaient exercé les divers droits que les vainqueurs s’étaient arrogés sur les contrées conquises; ce pouvoir passa dans les mains des Maires du palais, qui appartenaient tous à la lignée de Pépin de Landen ; Charles-Martel, entraîné dans une série de guerres qu’avaient nécessitée la défense du royaume et l’indolence de ses chefs fainéants, résigna ce pouvoir en faveur des évêques de Liège. Déjà il avait accompli pareil octroi en faveur du siège d’Utrecht occupé par saint Willibrod (Boniface) ; voici comment il s’exprime :

« Idcirco donamus… omnem rem in fisci ditionibus, quidquid in ipso trajecto castro, tam infra muros, quam a foris, cum omnibus adjacentiis et appendiliis, cum illo pascuo Graveningo, vel quidquid ibi fisci ad praesens esse videtur, omnia et ex rebus totum et ad integrum cum omnia quaesita et inquaesita , etc. …»

Les termes sont explicites : tous les droits concernant l’administration publique sont transportés à la puissance spirituelle ; les qualités de prince et d’évèque sont réunies en une seule personne , à laquelle reviennent la souveraineté et le gouvernement, le principe et l’action. Cette révolution s’opéra peu après l’installation de saint Hubert à Liège (vers 728): il reçut par lettre scellée, la Temporalité.

« II donat la Temporalité à l’Evesque qu’il seroit ausy bien temporel que spirituel par tout son païs… et envoïa lettre scelée de son scel de la donation, etc. » Chron. de Liège.

Telle fut l’origine de la principauté de Liège. »

Études sur l’histoire de Belgique, Louis Gilliodts van Severen, 1853


Autres billets sur le droit et l’administration à Liège
Autres billets sur les Princes-Evêques Liège avant l’an mille

Publicités