Archive for novembre, 2007

Notger était savant…

30 novembre 2007

“Cette église [de Liége] était gouvernée par un prélat dont le souvenir est encore vivant sur les rives de la Meuse. Zèle, érudition, talents, piété, noblesse, tout se réunissait pour faire de Notger un des pasteurs les plus distingués d’un siége qui en compte un si grand nombre.

Il sut faire de Liége une ville nouvelle; il l’orna de plusieurs beaux monuments, et en particulier d’une magnifique collégiale en l’honneur de St. Lambert (a). Il n’eut pas moins de soin de la défendre que de l’embellir.

Liege, effigie reconstituée de l\'éveque Notger

[..]Notger était savant; et il avait du talent pour former des jeunes clercs dans les sciences ecclésiastiques. Plusieurs prélats, tels que Gonthère de Saltzbourg, Rothard et Erluin de Cambrai, Haimon de Verdun, Hezelon de Toul, et Aldebode d’Utrecht, sortirent de son école.

Il nous reste de lui quelques pieux ouvrages; Fisen, historien de Liége, croit que ce fut lui qui consacra le premier dans son diocèse un jour à la mémoire des fidèles trépassés; pieux souvenir qui devait son origine au bienheureux Odilon de Clugny. “
“(a) On connait ces vers :

Legia, lege ligans cum praelalis sibi leges,
Notgerum Christo, Notgero caetera debes. “

Belgique catholique. Saints et grands hommes du catholicisme en Belgique, Corneille Smet, 1852


Autres billets sur Notger
Autres billets sur les Princes-Evêques
Liège au 10ème siècle

Publicités

Notger, à Liège, surprend le Seigneur de Chèvremont

29 novembre 2007


« Le seigneur de Chievremont proche de Liége ravageait souvent les campagnes voisines, et on désespérait de le forcer dans sa place ; voici le stratagème dont usa Notger pour le surprendre.

Un fils étant né à ce seigneur, l’évêque fut invité d’aller le baptiser, et il promit de s’y rendre avec tout son clergé. Il fit habiller en ecclésiastiques les meilleurs soldats de ses troupes, et se rendit à leur suite à Chievremont. Le seigneur de ce fort ayant appris l’arrivée du prélat, sortit au-devant de lui avec ses gens.

Mais il fut bien étonné lorsque ce prétendu clergé, jetant les chappes dont il était couvert, et tirant les armes qu’il avait cachées, se saisit des portes, et se rendit maitre de la place que l’évêque fit démolir pour la sûreté du pays. »

 

Belgique catholique. Saints et grands hommes du catholicisme en Belgique, Corneille Smet, 1852

 


Autres billets sur Notger
Autres billets sur les Princes-Evêques
Guerres et batailles à Liège
Liège au 10ème siècle

Liège, Notger et le chateau de Chèvremont

Diligences entre Liège et Cologne

28 novembre 2007

« A Cologne et à Liége il y a des diligences françaises suspendues sur ressorts, conduites par six chevaux de poste , et parcourant en un jour le trajet d’une de ces villes à l’autre, partant de l’un et de l’autre endroit tous les jours. Prix d’une place , 6 liv.

Les bureaux se tiennent à Cologne, hôtel de la poste aux chevaux; à Liége et à Aix-la-Chapelle , hôtel des messageries.

De Liége à Bruxelles la diligence parcourt de même la distance de vingt-une lieues en un seul jour. « 

Itinéraire de l’Empire Français et de l’Italie et des provinces Illyriennes, Tome I, 3è edition, 1812.

Autres billets sur la mobilité à Liège
Liège au 19ème siècle

Le « cri au Péron », au Perron de Liège

27 novembre 2007

Le PerronTout ce qui se faisait de solennel, d’honorable, de patriotique dans la commune , avait lieu au pied du Péron. On le regardait comme la source ou la marque de l’autorité publique.

Les hérauts , ou crieurs-jurés et publics , après avoir fait sonner quelques chamades par les joueurs-jurés de trompe ou de trompette , pour assembler le peuple , y proclamaient:

Soit l’élection des bourguemaîtres et des jurés,
Soit la paix ou la guerre,
Soit les édits du gouvernement, les récès du magistrat, les sentences des échevins,
Soit les noms des personnes qui demandaient à acquérir la bourgeoisie,
Soit le cri du pays, par lequel on invitait un criminel à venir faire des aveux, pour éclairer la justice, devant certains officiers publics, sans crainte d’être arrêté.

Cette manière de publier et de rendre exécutoires les lois et les arrêts, se nommait,dans notre jurisprudence politique et juridique: Cri au Péron.

Le Péron de Liége, Ferd. Hénaux, in La Revue de Liége, tome 6, 1846


Le perron de Liège, autres billets
droit et l’administration à Liège
Droit et justice à Liège
Retour à l’index