Commerce entre Liège et la Hollande au 18è siècle

30 avril 2007

«Les Hollandais firent vers le milieu et pendant la dernière moitié du dernier siècle un grand trafic avec Liége; on dirigeait les marchandises par eau vers Bréda ou Bois-le-Duc d’où on les transportait par terre jusqu’à Liége, et on se résignait à payer les frais de transport par terre pour éviter les droits élevés de barrières imposés à la navigation sur la Meuse.

Les marchandises que la Hollande envoyait à Liége consistaient en toutes sortes d’étoffes de soie et de laine, en épiceries et drogueries et particulièrement en pelleteries des Indes-Occidentales, de Pologne et de Russie , qui étaient préparées et travaillées à Liége et dans les places environnantes; Liége envoyait alors du cuir pour semelles, des serges et flanelles , de gros draps, des barres de fer, des clous, des vis de fusils, des pistolets, des canons des platines et des armes, des pots de fer, des balles, des grenades, des bombes et toutes sortes d’autre fer ouvré.

Les Hollandais faisaient à Aix-la-Chapelle, à Verviers et autres places environnantes du pays de Liége, de fortes expéditions de cuivre pour marmites et casserolles, et particulièrement beaucoup de laine d’Espagne pour les fabriques de draps qui y abondaient déjà en ce temps, et la Hollande recevait en retour les draps, les armes et les casseroles pour lesquels elle avait fourni les matières premières.»

Essai sur l’importance du commerce, de la navigation et de l’industrie, dans les provinces formant le Royaume des Pays-Bas, jusqu’en 1830, A. J. L. Terbruggen, 1844

Autres billets sur l’industrie à Liège
Le commerce à Liège
Liège au 18ème siècle