Liége a subi une métamorphose complète dans ses vieux quartiers

17 avril 2007

« S’il est une ville dont les descriptions, vieilles d’une cinquantaine d’années, sont surannées, et ne peuvent donner qu’une idée aussi inexacte qu’incomplète, c’est bien celle de Liége. Ce n’est plus là en effet ce dédale inextricable de sales et sombres ruelles, dont un poète français regrette si vivement la disparition.

Grâce à son excellente administration communale , Liége a subi depuis une vingtaine d’années une métamorphose complète dans plusieurs de ses vieux quartiers. Aujourd’hui la Place Saint-Lambert, reliée à la Grand’Place par deux rues nouvelles ; la Place de la Comédie et les rues qui entourent le théâtre; la Place Verte, les longues et imposantes rues de la Régence et de l’Université, l’immense prolongement de cette dernière jusqu’au Casino, hors de la ville ; le long et beau Quai de la Sauvenière (qui date déjà de 1808), et la belle promenade d’Avroy, bordée des deux côtés d’une suite d’élégants hôtels, enfin le vaste et joli quartier neuf qui s’est formé à droite de cette dernière, présentent un ensemble magnifique et digne des plus riches capitales.

Le quartier d’Entre-Deux-Ponts, auparavant un des plus pauvres et des plus négligés, a eu aussi sa part dans ces travaux d’embellissement. La dérivation de la Meuse donnera lieu bientôt à l’exécution d’autres projets d’une haute importance. »

Histoire de l’architecture en Belgique: depuis les temps les plus reculés, Antoine Guillaume Bernard Schayes, 1852

Autres billets sur la description de Liège
Liège au 19ème siècle
Ailleurs: « Liège d’antan », cartes postales anciennes
Liège, la place verte
Liège, la place verte.

Publicités