Le Marché à Liége (en wallon)

30 mars 2007

Cial vos trovîz tote les verdeure :
Del surale, dè cherfou ;
Pus lon, c’esteut les pommes, les peure
Les autes frutège avou.

Po les jou maig’ c’esteut l’pexh’reie.
Les ch’venne et les barbai,
Avou les sàmon, les anweie;
A pus gros, à pu bai.

Pus lon les foute et les pés d’vache,
Et les hachisse di chin !
Tote sôrt di laid ! ricovians l’bache,
Nos friz sâver les gin.

Vès l’rowe dè Pont, totes les poïetresse.
Hâg’nit coq et dîdon ,
Les où, les s’minceet les ahesse
Qui l’bon Diu nos fait don.

Divant Nouvice, c’esteut l’heguenne,
Qui vendéve ses bais as ;
Les coide di boyai so n’aute coinne,
Les èchalotte pus bas.

Us et Coutumes, La Rue Neuvice à Liège, Le Marché, 1823 à 1833, Auguste Hock, Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallonne, 1863


Autres billets sur le Wallon Liégeois
Le marché en cartes-postales vers 1900
Liège au 19ème siècle

Liège, place du Marché, Perron

Publicités