La communication entre les extrémités du Plan Incliné de Liège

24 mars 2007

« Pour donner d’une extrémité à l’autre des plans inclinés, les indications nécessaires à la manœuvre, on se sert de tuyaux de 0m.026 de diamètre parcourant les plans inclinés; par l’une de ses extrémités ce tuyau communique avec l’intérieur d’une cloche remplie d’air plongeant en partie dans un réservoir d’eau; à l’autre extrémité est appliqué un sifflet ; lorsqu’on appuie sur la cloche, l’air ne trouvant pas d’autre issue, parcourt le tube et agit dans le sifflet placé à l’autre extrémité; ce réservoir d’air est naturellement placé près de l’agent (moniteur) qui doit avertir, et ce sifflet près de celui qui doit être averti.

Par une disposition ingénieuse, chacune des extrémités du tube peut être mise en communication successivement avec un sifflet ou avec une cloche à air, de sorte que l’on peut, après avoir donné un signal, recevoir un contre-signal qui donne l’assurance d’avoir été entendu.

C’est au moyen de ces signaux que l’on annonce au mécanicien qu’un convoi est prêt à monter le plan inférieur et que ce convoi est arrivé au sommet du plan supérieur. On les emploie également pour annoncer l’arrivée des convois descendants. »

Chemin de fer. Compte-rendu des opérations de l’exercice 1841, Rapport par le Ministre des Travaux Publics, 1842


Autres billets sur la mobilité à Liège
Sciences et techniques à Liège
Liège au 19ème siècle