Une société contre le duel s’est formée à Liège

10 mars 2007

«Les ravages que la fatale nécessité du duel cause dans les familles, dans la société, et même dans les partis, ont éveillé la sollicitude de philantropes utopistes.

Il s’est formé à Liège une société contre le duel, à l’imitation des sociétés de tempérance et d’anti-tabac. Personne n’en est à justifier le duel sous le point de vue moral ou religieux, tout le monde l’admet comme une conséquence sociale : M. Dupin, dans l’affaire de M. de Lamarthonie, n’a rien dit à la cour de cassation, que n’eût écrit en meilleurs termes Jean-Jacques Rousseau. Les mœurs font les lois, les lois ne font pas les mœurs : encore moins les sociétés particulières liégeoises ou autres empêcheront-elles des gens de cœur de se couper la gorge,— expression consacrée, — ( en duel on se perfore, on ne se coupe jamais la gorge).

Laissons donc Liège, la ville des pistolets, s’associer contre les duellistes qui ne lui demanderont pas de permission : nous trouvons bien plus raisonnable l’entreprise d’un homme du monde, de M. le comte de Chaleauvillart, qui a voulu régulariser le duel, lui prescrire un code, des lois, et diminuer ainsi le nombre des accidens ou des crimes [..] »

La Revue de Paris, Marc Le Goupils, Tome 32è, 1836


Sur le duel à Liège, lire aussi le dernier paragraphe du bilet sur le tribunal de Notre-Dame-aux-Fonts

Liège au 19ème siècle

Publicités