Les préparatifs de la procession à Liège, par Th. Gauthier

11 février 2007

« Les préparatifs de la procession occupaient la ville ; les reposoirs, les arcs de triomphe ornés de figures d’anges et de vertus théologales en toile peinte , les oriflammes , les blasons des corps de métiers et des villes voisines encombraient les rues, toutes noires de soutanes : vingt-neuf évêques ou archevêques devaient assister à la cérémonie ; des baraques de marchands de chapelets, d’agnus Dei, de médailles bénites, étaient établies sous les porches de toutes les églises, et paraissaient prospérer.

Liège, Métier des Poisseurs

Liège, Métier des Poisseurs


C’est un spectacle singulier pour des Français, déshabitués des manifestations extérieures du culte, que cet épanouissement de l’église hors de ses murailles, que ce catholicisme mêlé familièrement à la vie et envahissant la voie publique. Liége ainsi festonnée, tendue et fleurie, m’a rappelé les anciennes fêtes-Dieu, un des plus vifs souvenirs de mon enfance.

Telles étaient mes pensées en visitant la cour de l’hôtel de ville, entourée de colonnes de granit d’ordres fantastiques, dont aucune ne ressemble à l’autre, et la jolie église de Saint-Jacques, précédée d’un élégant portique Renaissance. »

Caprices et zigzags, Théophile Gauthier, 2è ed, 1856


La religion à Liège
Les écrivains et Liège
Liège au 19ème siècle

Publicités