Les Pays-Bas se plaignent du « soixantième » des Liégeois

9 décembre 2006

« Les habitans des Pays-Bas font avec ceux du pays de Liège un commerce assez considérable de toutes sortes de denrées & de manufactures. Les Liégeois ont néanmoins cet avantage sur nous, que leur pays étant très-abondant en houilles ou charbon de terre, ils travaillent presque seuls tout le fer que produit le Luxembourg; ce qui fait pour eux un objet de la plus grande importance.

Le commerce a donné lieu à des démêlés très-animés entre les deux pays. L’an 1653 , les Liégeois obtinrent de l’empereur Ferdinand III la permission de lever pour l’entretien de la garnison de la citadelle de Liège le soixantieme de la valeur de toutes les marchandises qui seroient exportées du pays de Liège , de même que de celles qui y entreroient pour y être consommées. L’empereur excepta nommément de cet impôt les marchandises qui ne feroient que passer par le pays de Liège , de même que celles qu’on y feroit entrer dans d’autres vues que pour les y consommer ou vendre.

Ce nonobstant , les Liégeois lèvent le soixantieme sur toutes les marchandises qui touchent leur territoire par terre ou par eau, sans distinction d’entrée ou de sortie ou de transit. Le gouvernement des Pays-Bas n’a pas cessé de s’en plaindre, & a même employé quelquefois des voies de fait pour arrêter l’extension illégitime de cet impôt. Les Liégeois à leur ordinaire ont demandé des conférences; on en tint à Louvain en 1730, mais sans succès , & le soixantieme continue d’être levé au grand préjudice du commerce des Pays-Bas. »

Mémoires historiques et politiques sur les Pays-Bas autrichiens, et sur la constitution, Amsterdam, Tome Second, 1795


Liège au 18ème siècle
Le commerce à Liège

Publicités