M. Blanchard perd son meilleur aérostat à Liège

27 décembre 1786

« 27 Décembre 1786. Extrait d’une Lettre de Liège du 29 Décembre…. Le 18 de ce mois, M. Blanchard se disposoit à tenir parole: Son aérostat était rempli d’air inflammable de la légèreté d’un à dix, respectivement à l’air atmosphérique ; il avoit extrait cet air du feu, à ce qu’il prétend , sans le secours d’aucun acide. Quarante livres de lest & un porte-voix étoient dans son char: il étoit allé prendre les ordres du Prince; pendant ce tems-là les gardiens du ballon ne l’ayant pas veillé assez soigneusement, il s’est élevé de lui-même, & tous les couriers envoyés jusques ici à sa poursuite n’ont pu en rapporter de nouvelles.

M. Blanchard prétend que c’est le meilleur aérostat qu’il ait encore fait, & il le regrette d’autant plus, qu’ayant pris la route par les Ardennes, il le regarde comme absolument perdu.

Du reste, l’intrépide aéronaute ne se décourage point, il parle déjà de faire sa vingt-deuxième ascension à la citadelle de notre ville dans un autre aérostat, & son expérience est indiquée au 27 du mois. »

Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la republique des lettres en France depuis MDCCLXII jusqu’à nos jours, Londres, 1788.


Liège au 18ème siècle
Mobilité à Liège
Sciences et techniques à Liège

Publicités