Les Liégeois, animés par St-Lambert, reprennent Bouillon

17 septembre 1141

« On nous représente Albéron, jeune encore , comme possédant toute la prudence d’un vieillard le plus consommé dans les affaires; on cite, en preuve de cela, la guerre qu’il eut à soutenir contre le Comte de Bar, qui s’était emparé du château de Bouillon.

L’Evêque de Liége, ayant en vain invoqué la justice de l’Empereur et du Pape, rassembla une armée considérable, alla cerner ce château, et en entreprit le siége. Ce n’était pas une conquête très-aisée à faire mais Albéron enflamma le zèle de ses troupes, en transportant dans son camp le corps de St.-Lambert. Les Liégeois, animés par la présence de leur patron , firent des prodiges de valeur, et reprirent enfin, après une résistance longue et opiniâtre, le château de Bouillon qui était une des places les plus fortes de ce tems. Selon un écrivain contemporain, Albéron, à ce siége mémorable, était à la tête de cent mille fantassins et de trois mille cavaliers.  »

Recherches sur l’histoire de la ci-devant principauté de Liége, Tome premier, De Villenfagne d’Ingihoul, Liège, 1817,


les Princes-Evêques de Liège
Liège au 12ème siècle
Lire aussi: Alberon II de Chiny

Advertisements